Blog du Canal du Midi

Évocation du Canal du Midi

Le Canal du Midi est aussi sur twitter @lecanaldumidi et sur facebook, avec le même nom lecanaldumidi

Le Canal de la Robine jusqu’à Port la Nouvelle

Posté le 13 juin 2015 à 11h 30 dans Randonnée de Nicolas sur le Canal par

Voici le 4ème  et dernier article que je vais consacrer au trajet que j’ai effectué le long des 31 km du Canal de la Robine à bicyclette les mercredi 27 et jeudi 28 août 2014, par un temps ensoleillé. Ici, il va être question du trajet entre l’écluse de Mandirac et le phare de Port la Nouvelle, l’ultime étape du parcours. C’est aussi le 21ème article consacré aux récits de mon trajet à vélo.

Je reprendrai ensuite le cours de mon récit sur le Canal du Midi à partir de l’embranchement du Canal de Jonction de la Robine, direction Béziers.

C’est parti pour les 8 km 802 de ce dernier bief du Canal de la Robine, et qui offre des vues sur les étangs de Bages, Sigean, de la Sèche, du Charlot sur la rive droite, de l’Ayrolle et de la Berre sur la rive gauche. Sur la photo du bas, l’étang de l’Ayrolle.

Diverses habitations à cet endroit, comme un petit restaurant-buvette ma foi bien sympathique, repris par des gérants dynamiques (en données 2014), et aussi un bâtiment ferroviaire bordant la ligne Narbonne-Cerbère qui longe le bief sur une grande partie de son parcours.

C’est à partir d’ici également que le chemin de St Jacques bifurque.

Le bief de Sainte Lucie au départ de l'écluse de Mandirac

jeudi 28 août 2014

Le canal et le chemin de fer se frayent un passage entre toutes ces étendues d’eau et des pins parasols viennent ponctuer de longues sections sans arbres. Il est donc préférable, en plein soleil au mois d’août,  surtout sur ce long bief isolé, notamment sur la rive gauche, de marcher ou pédaler avant 12 heures ou après 16 heures. A ma connaissance, aucune possibilité de se ravitailler en eau potable avant l’arrivée sur l’écluse Sainte Lucie, du moins sur la rive gauche.

Le bief de Sainte Lucie aux abords des étangs de la Sèche et de l'Ayrolle

jeudi 28 août 2014

Sur la rive droite, le petit étang du Charlot vient se blottir contre l’étang de la Sèche. Le Canal délimite, juste après l’écluse les communes de Narbonne et de Gruissan, puis, à quelques centaines de mètres de la maison cantonnière de l’Ardillon, Gruissan et Port la Nouvelle.

Le chemin de fer, à partir d’ici, se désolidarise pour délimiter l’étang du Charlot au Sud-Ouest alors que le canal le borde sur sa partie Nord-Est, et l’Ile Sainte Lucie se termine à l’Est de celui-ci.

Le bief de Sainte Lucie demeure un « paradis » pour les amateurs (et professionnels) de photographies ornithologiques, surtout en périodes de migrations septentrionales ou méridionales selon les saisons. C’est le cas des goélands, des aigrettes garzettes, présents qu’en hiver alors que l’on peut observer toute l’année des oiseaux « à demeure » comme les mouettes, les grands cormorans ou les martin-pécheurs.

L’activité de la pêche se pratique dans le secteur et on peut y attraper des anguilles, des dorades, des bars, soles et mulets, que l’on peut retrouver aussi dans le canal, comme en témoigne le nombre important de pêcheurs présents aux abords de l’écluse de Mandirac lors du passage de mon ami Jean-François en décembre 2014, ce qu’il raconte dans cet article.

jeudi 28 août 2014

De nombreux chemins de randonnées s’offrent aux marcheurs dans les environs comme celui qui relie Port la Nautique au magnifique village de Bages, qui s’inscrit dans les 75 km  du sentier du Golfe Antique qui fait le tour de l’étang de Bages-Sigean (pour rappel, ces étangs formaient un Golfe sous l’Antiquité).

Le sentier du Golfe Antique se confond avec celui du chemin du halage du canal sur sa rive gauche de l’écluse de Mandirac jusqu’à Port la Nouvelle et sur une partie de sa rive droite, toujours à partir de l’écluse avant de bifurquer une centaine de mètres plus au Sud.

La commune du village cité plus haut, celles de Peyriac de Mer et de Sigean bordent l’étang ainsi que le Parc naturel de la Narbonnaise et le fameux parc zoologique de la Réserve Africaine créé en 1972, abritant environ 2 000 oiseaux, 900 mammifères, 900 reptiles (en données 2014).

Les vignes des Corbières viennent border également les étangs

Le peu de passage, une forte chaleur, et la vue de ces étendues d’eau à perte de vue m’ont donné l’envie de me baigner ne serait ce que 10 minutes dans l’étang de l’Ayrolle. Le fait que ce soit très certainement interdit, d’une part, le fait que je sois seul, sans avoir emporté avec moi ni serviette ni maillot de bain, d’autre part, renforcé par l’idée que le rapport au corps de nos pays latin diffère de celui des pays nordiquesvis à vis de la nudité, et n’ayant peut être plus ni la spontanéité ni l’audace que j’aurais certainement pu avoir quand j’étais plus jeune, m’ont fait renoncer à cette idée. Je me suis donc contenté d’admirer ces panoramiques au cours d’une halte sous un pin parasol et que je vous fais découvrir à travers les photos ci dessous.

Panoramiques sur l'étang de l'Ayrolle

jeudi 28 août 2014

J’approche de l’Ile de Sainte Lucie par son versant Nord-Est, longe le tracé du canal alors que l’ancien cours d’eau la délimitait sur son versant Sud-Est avant la construction de l’écluse Sainte Lucie.

Sur la photo ci dessous au milieu, le site des chantiers navals associatif, « Les ateliers de la Mémoire » (en données 2014), qui se visite les jeudi et animé par Yann Pajot, charpentier de marine.

 

Le bief le long de l'île Sainte Lucie

jeudi 28 août 2014

C’est sous sa direction qu’ont été restaurés entièrement la barque de patron la « Marie-Thérèse » et en partie la goélette mallorquine construite en 1916 aux Baléares, classée Monuments Historiques par l’Etat Français en 1988, le « Miguel Caldentey », évoqué dans l’article précédent « Le Canal de la Robine jusqu’à l’écluse de Mandirac ».

Selon des prévisions datant de 2007, cette embarcation, qui transportait notamment des oranges des Baléares était supposée être remise à flots après complète restauration, dans le but de lui permettre de refaire du commerce à la voile en accueillant douze personnes en navigation sur le bassin méditerranéen et en Europe du nord, et cela … dès 2015.

Cependant, la crise économique de 2008 (merci les banques !!!) a du très certainement repousser à plus tard ce projet (aux calendes grecques, sans doute !!!???). En attendant, la coque stationne sur le site de Mandirac (à proximité de champs de riz). Elle reste malheureusement vulnérable à l’usure du temps et aux éventuelles dégradations.

Donc, affaire à suivre, dans la mesure ou je projette de revenir sur ces lieux les années qui viendront, et j’ose espérer vous donner de bonnes nouvelles.

Domaine du Petit Mandirac - Champs de riz - Cale sèche

jeudi 28 août 2014

Me voici rendu à la cinquième et dernière écluse du Canal de la Robine, à bassin simple lieu arboré, propice au repos, à la détente, aux piques-nique, à la pêche… ou au farniente, avec un bâtiment très bien restauré.

Elle fut construite en 1872 suite à la création de Port-la-Nouvelle et au nouveau tracé du canal au niveau de l’Ile, pour en faciliter la navigation jusqu’à la ville. A noter les bajoyers droits et un bassin plus allongé que ceux des autres écluses.

L'écluse de Sainte Lucie

jeudi 28 août 2014

Le bâtiment abrite une exposition sur la faune et la flore locale. En revanche, absence de plaque éclusière (en données 2014). C’est ici le point de départ de nombreux chemins de randonnées sur l’Ile de Sainte Lucie, colline calcaire avec de nombreux sentiers qui permettent de découvrir une végétation méditerranéenne intense.

L'écluse de Sainte Lucie et son bâtiment

jeudi 28 août 2014

Des rencontres insolites sont possibles, tant sur les personnes que sur leur « attirail » comme ce monsieur de 87 ans habitant Leucate et qui s’astreint à pédaler quotidiennement sur un vélo « couché » électrique muni de 2 batteries. Je reste bluffé par la forme physique de cet octogénaire qui fait mentir l’adage comme quoi la vieillesse peut être un naufrage. Ce personnage me fait penser à ce centenaire cycliste, Robert Marchand qui continue à gravir des cols, malgré son grand age.

Un octogénaire sportif et son vélo "couché"

jeudi 28 août 2014

Après une pause d’une demi-heure, me revoici parti, enfourchant ma bicyclette, direction Port-la-Nouvelle et son phare, autrement dit, environ 4 km. La mer approche, comme en témoignent ces navires à l’horizon.

En route pour Port la Nouvelle

jeudi 28 août 2014

Sur les photos ci dessous, au delà de cet ouvrage, se termine le Canal de la Robine en convergeant, après ce pont à l’architecture « Eiffel », avec la Berre. La ligne de chemin de fer dessert le site des Cimenteries de l’entreprise Lafarge et autres sites portuaires (en données 2014).

Nous sommes au km 31 du Canal de la Robine, à 3,033 km du phare de port la Nouvelle, à 39,474 km de l’embranchement sur le Canal du Midi, à 208 km du point de rencontre de ce dernier avec la Garonne et à 112,500 km du phare des Onglous en longeant les canaux.

Il est à noter que c’est par ici que l’ancien tracé du cours d’eau entrait sur la ville.

Arrivée sur Port la Nouvelle

jeudi 28 août 2014

L’activité liée aux loisirs fait face à l’activité industrielle. Il existe aussi un port de commerce, un port de pêche et un port de plaisance.

Port la Nouvelle possède aussi sa propre criée et des chalutiers peuvent venir y mouiller.

Cette ville a été d’abord un hameau, puis un village avant d’accéder au statut de commune en 1844, puis l’arrivée du chemin de fer lui permit d’accéder au statut de station balnéaire.

Malheureusement, ce ce n’est qu’un avis personnel, les architectures du bord de mer n’offrent rien d’exceptionnel et on pouvait s’attendre à mieux, du moins à une esthétique comparable à celles de Sète, Collioure, Banyuls en France, ou Sitges, en Espagne. Cependant, il reste à une échelle humaine et de ce fait conserve un esprit de proximité et il n’existe aucune tour affreuse comme celles que l’on voit à Bénidom, en Espagne, symbole des vacances industrielles.

Les deux rives a Port la Nouvelle

jeudi 28 août 2014

Ci dessous, différentes vues depuis l’arrivée du Canal de la Robine et depuis le phare. Sur la photo du bas,  les silos à céréales construits dans les années soixante.

Panoramiques sur Port la Nouvelle

jeudi 28 août 2014

Toutes ces architectures qui peuvent être considérées comme faisant partie du patrimoine, témoignent d’une activité portuaire importante : céréales, gaz, liquides alimentaires et industriels, agro-alimentaire, argile et minerais, produits sidérurgiques et forestiers etc…, et le port offre des aires de montage de pièces détachées qui nécessiteraient un transport routier hors gabarit si elles étaient assemblées ailleurs.

Panoramiques sur les cimenteries et le phare de Port la Nouvelle

jeudi 28 août 2014

Voici le symbole qui marque la fin (ou le début) du trajet des marcheurs, des cyclistes, voire des navigants qui choisissent d’emprunter le Canal de la Robine.

Il se caractérise par tour cylindrique de 18 m avec un feu scintillant blanc.

Le département de l’Aude ne compte que deux phares maritimes (en données 2014), celui ci et celui du Cap Leucate.

Par les canaux, nous sommes approximativement à 25 km de Narbonne, à 35,805 km de Sallèles d’Aude, 42,507 km de l’embranchement sur le Canal du Midi, à 211,033 km du point de rencontre de ce dernier avec la Garonne, à 115,533 km du phare des Onglous, et à environ 135 km de Sète.

Le phare de Port la Nouvelle

jeudi 28 août 2014

Vauban, puis le Frère Bernardin Pons avaient eu le projet de créer un canal pour relier le Languedoc et le Roussillon, autrement dit de Port-la-Nouvelle à Perpignan via l’étang de Leucate mais l’absence de volonté politique et très certainement les interrogations sur l’utilité économique d’une telle entreprise firent que jamais ce cours d’eau ne vit le jour … et pourtant, sur le plan de l’activité touristique, batelière de plaisance en particulier, il eut sans doute connu un réel succès !!!

Pour rebondir sur le thème de la randonnée, et plus particulièrement en montagne, Port-la-Nouvelle est le point de départ du Sentier Cathare, à travers les Corbières et les Pyrénées jusqu’à Foix.

Une autre ballade sympathique à faire à pied : 15 km en bord de mer, direction La Franqui.

Pour finir, je vous invite à découvrir les pages de mon ami Jean-François sur le site du Canal du Midi consacrées à Port la Nouvelle.

C’est tout, … pour le moment !

Nicolas.

L’article précédent : « Le Canal de la Robine jusqu’à l’écluse de Mandirac ».

L’article suivant, consacré au retour sur le Canal du Midi « Le Grand Bief jusqu’au pont de Pigasse ».

Le site du Canal des deux mers à vélo.

Le site Vélo-Canaux-Dodo.

16 commentaires pour  « Le Canal de la Robine jusqu’à Port la Nouvelle »

  1. Joao dit :

    Ravi de retrouver vos récits sur ce blog. Le Canal de la Robine coule dans un environnement propice à de nombreuses activités toutes aussi passionnantes les unes que les autres (randonnées autour des étangs), visite de la réserve africaine etc…

  2. Bonjour Nicolas.

    Compliments pour ces résumés très intéressants et surtout dépaysants.

    C’est toujours un plaisir de vous lire

    Michèle et Didier.

  3. Danièle dit :

    Merci pour ces photos et les commentaires qui les accompagnent.

    C’est une région chère à mon coeur, car j’ai de la famille qui vécu au Barcarès, et chaque été nous étions en vacances dans cette région.

    Nous avons beaucoup sillonné les routes et les étangs nombreux.

    J’avoue que cela fait partie de mes très bons souvenirs, mais je ne suis plus retournée dans ces paysages depuis le décès d’un membre de ma famille.

    C’est donc tout naturellement très agréable de m’y replonger à partir de votre voyage.

    Passez un très bel été riche de belles découvertes.

    Très amicalement à vous.

  4. Germaine dit :

    C’est un plaisir de parcourir vos récits illustrés de vos photos pour nous raconter cette belle région, intéressante aussi sur le plan de la faune.

    Respectueusement.

  5. Marcel dit :

    N’étant pas revenu sur ce blog depuis quelques temps, j’ai toujours plaisir à découvrir de nouveaux articles, dont les vôtres ainsi que ceux d’André.

  6. Lucie dit :

    En revanche, moi même, je découvre ce blog et, cycliste à mes heures mais ne connaissant pas (encore) le parcours des Canaux des Deux Mer, je me délecte donc des récits de Nicolas, autrement dit, je peux résumer ses lignes comme « Le Canal du Midi, comme si on y était ».

  7. Alexandre dit :

    Je rentre d’une ballade le long des berges de ce canal et la lecture de votre article me fait revivre l’agréable journée que je viens de passer.

  8. Nicole dit :

    Témoignage intéressant de ce parcours au milieu de tous ces étangs dans une région agréable.

    Bravo pour l’ensemble de vos récits sur ces canaux depuis Toulouse.

  9. Nicolas Nicolas dit :

    Je tente d’aller jusqu’au bout de ce que je me suis fixé comme objectifs, du moins pour les articles photographiques, à savoir « couvrir » tout le trajet que j’ai effectué à bicyclette.

    C’est beaucoup de travail (mise en page des photos, mise en ligne de celle-ci, rédaction des textes … pour finalement peu de visibilité. Je finis parfois par me demander pourquoi je fais tout cela, mais au moins, j’irai jusqu’au bout de mes démarches.

  10. Arnaud et Valentine dit :

    Nous nous rendons la semaine prochaine dans la région et c’est de très belles idées de promenades que vous nous suggérez là !!!

  11. Côme dit :

    En vacances dans la région, j’ai pu apprécier plus encore, grâce à votre article, mes promenades le long du Canal de la Robine.

    Merci encore.

  12. Basile dit :

    Que de magnifique souvenirs de vacances que vous me faites remonter, à travers vos récits !!!

  13. Hugo dit :

    La région que traverse cette partie du canal vaut largement le détour et « rattrape » les cité balnéaires du secteur qui esthétiquement « ne cassent pas des barreaux de chaises ».

  14. Patricia dit :

    Les promenades, quelles qu’elles soient, permettent parfois des rencontres insolites, comme ici, pour ce papy cycliste.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez ajouter un lien pour être suivi sur twitter en plaçant votre "username" dans cette boite.
Ne doit être placé qu'une seule fois (sauf si vous modifiez votre nom d'utilisateur). Pas de http ou de @ SVP

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les smileys  :-)  :-(  ;-)  :-P  et d'autres, seront traduits en icones.

 

ℓє Бℓσg ∂υ ¢αиαℓ ∂υ мι∂ι

© 2012-2017 JFB Blog du Canal du Midi