Blog du Canal du Midi

Évocation du Canal du Midi

Le Canal du Midi est aussi sur twitter @lecanaldumidi et sur facebook, avec le même nom lecanaldumidi

En Carcassonnais jusqu’à l’écluse de Villedubert

Posté le 20 octobre 2013 à 16h 50 dans Randonnée de Nicolas sur le Canal par

Voici  le 10ème article sur le récit de ma promenade à vélo sur 7 jours le long des 240 km du Canal du Midi couvrant le trajet entre l’écluse de Carcassonne et l’écluse de Villedubert.

En cette magnifique journée du jeudi 16 août 2012, j’entame ma 4ème étape à vélo commencée le lundi 13 au bassin de l’Embouchure à Toulouse, extrémité occidentale du Canal du Midi, là ou a été posée la 1ère pierre de ce long ruban d’eau de 240 km qui permettait un raccourci pour la batellerie qui n’avait plus à faire un grand détour par le Détroit de Gibraltar pour relier les côtes atlantiques au côtes méditerranéennes françaises.

Il est à noter surtout le rôle économique et civil qu’aura connu le Canal du Midi alors qu’il avait été envisagé de lui ajouter une fonction militaire, notamment pour permettre aux navires de guerre de l’époque de relier les 2 mers sans avoir a se frotter à ceux des puissances étrangères et parfois hostiles. Vauban aurait d’ailleurs souhaité, pour cela, la conception d’ouvrages aux gabarits plus importants, en particulier les écluses, mais il n’a pas été suivi dans ce souhait.

Je reprend donc le cours de mon trajet là ou je l’avais terminé la veille, c’est à dire à l’écluse de Carcassonne, près du port, face à la gare, au km 105 depuis la Garonne, à l’altitude de 106 m et 38ème ouvrage à franchir par les navigants depuis son extrémité occidentale. Direction d’Homps, ma prochaine étape. Carcassonne est la 30ème commune sur les 63 que traverse le Canal du Midi (en données 2012).

Le bief de St Jean au départ de Carcassonne

Lundi 26 août 2013 et jeudi 16 août 2012

Je vous donne aussi la raison pour laquelle je « sectionne » autant mes articles sur la traversée d’un pays alors que je pourrais tout regrouper. Tout simplement par ce que l’insertion de nombreuses photos risquerait de ralentir l’apparition de l’article sur l’écran au risque de faire renoncer certains internautes à la lecture de celui-ci. J’ajoute donc au maximum 15 images à chacun de mes écrits. Quand je m’attellerai au « chapitre » du Grand Bief, le sujet sera abordé en plusieurs parties. Il est à noter également que je suis retourné prendre des photos sur plusieurs endroits du Canal un an après mon trajet sur des lieux que j’estimais ne pas avoir pris en photo suffisamment correctement la première fois.

J’approche de la 39ème écluse du Canal, l’écluse de St Jean, à bassin simple, située à 108 km 162 de la Garonne, à l’altitude de 102 m, située sur Carcassonne après avoir parcouru les 2 km 864 de ce 39e bief éponyme. Le pont de la déviation de la D 6113, ex RN 113 Bordeaux Marseille, précède l’écluse. Cette ancienne route nationale  pouvait être qualifiée de  « route des deux mers », côtoyant l’itinéraire du Canal du Midi depuis Toulouse jusqu’à cet endroit mais s’en éloignant sur le trajet Carcassonne Narbonne.  Cet axe principal, tout comme l’autoroute, n’est pourtant pas le chemin le plus court pour se rendre à Béziers. Une route touristique secondaire, appelée « Route Minervoise », aux numérotations suivantes en D 118, D 149, D620, D101, D 610, D11 dans l’Aude, puis D5 dans l’Hérault, très intéressante, longe l’itinéraire du Canal du Midi jusqu’à la ville natale de Riquet. J’ai emprunté ce chemin en août 2013 pour  « immortaliser » de nombreux endroits sur le cours d’eau.

Le bief de St Jean

Jeudi 16 août 2012

L'écluse de St Jean

Lundi 26 août 2013

Voici les 0 km 763 du 40ème bief, précédant la 40ème écluse, celle du Fresquel double (au km 108,925 de la Garonne, altitude 97 m), et sur lequel on peut découvrir le Pont de Friedland (photo en haut à gauche, datant de 1810, comme l’écluse), et surtout, le pont-canal du Fresquel, enjambant la rivière éponyme, ouvrage dans le plus pur style Vauban, datant de 1810, à 3 arches, commun au cours d’eau et à la route Minervoise franchissant ensemble cet obstacle naturel, exemplaire unique sur le Canal du Midi d’un ouvrage à la fois fluvial et routier. C’est ici que le nouveau tracé  rejoint le tracé originel. Auparavant, il rencontrait le Fresquel par l’intermédiaire d’une chaussée. Un épanchoir se trouve à proximité ainsi qu’une rigole d’alimentation, la 1ère depuis le Seuil de Naurouze (sources, « Le Canal du Midi de long en large » de Philippe Valentin). Je reconnais volontiers ne pas être allé découvrir cet ouvrage lors de mes 2 passages, ce que je ne manquerai pas de faire lors d’une prochaine promenade pédestre, muni de la documentation nécessaire afin de ne rien oublier.
Pour se référer au domaine cinématographique, c’est à cet endroit qu’une scène du film « Le Petit Baigneur » (1968) a été tournée (quand une vedette dépasse une automobile).

Le bief du Fresquel double

 Lundi 26 août 2013

Le pont-canal du Fresquel (1)

Jeudi 16 août 2012 et lundi 26 août 2013

L'écluse du Fresquel double

Jeudi 16 août 2013

Ci dessous les 2 écluses du Fresquel séparées par le 41e bief, le bief du Fresquel Simple, le plus court du Canal du Midi, de 105 m. Sur la photo ci-dessous en haut, vous pouvez apercevoir le bief et les 2 écluses, ainsi que le mirador permettant un contrôle de l’ensemble.

Le bief du Fresquel simple (le plus court)

Jeudi 16 août 2013

L’écluse du Fresquel simple (pas besoin de préciser le nombre de bassins) est la 41ème écluse à franchir par les navigants en provenance de Toulouse, au km 109,030 de la Garonne,à 94 m d’altitude. A noter la coupe des platanes atteins de la maladie du chancre coloré.

L'écluse du Fresquel simple (2)

Lundi 26 août 2013 et jeudi 16 août 2012

C’est parti pour parcourir le 42e bief, le bief de l’Evèque, long de  3 km 763, traversant les communes de Carcassonne, Villemoustaussou, Villalier et Villedubert. C’est à partir de là que j’ai commencé à entendre chanter les cigales et que le paysage se donne des accents de plus en plus méditerranéens. Sur cette section se trouvent les ouvrages suivants : l’épanchoir du Fresquel (XIXe siècle et remanié en 1920), le Pont Rouge, datant de 1920 (2 photos du bas), le Pont de la Mijeanne (XVIIe siècle), l’aqueduc déversoir de Trapel (1689).

Le bief de l'Evêque (1)

Jeudi 16 août 2013

J’approche maintenant de l’écluse et passe sur l’aqueduc déversoir de Trapel (photo en bas à gauche) qui permet l’évacuation des excédents d’eau du Canal, et qui le permettait aussi du temps de la chaussée en amont sur le Fresquel. L’ouvrage repose sur 2 voutes. C’es ici aussi que je me suis aperçu que la vitesse des péniches et autre bateaux (à la condition du respect de la limitation de vitesse de 8 km/h) était inférieure à celle d’un cycliste.

Le bief de l'Evêque (2)

Jeudi 16 août 2013

J’approche de la 42ème écluse, l’écluse de l’Evêque, à bassin simple, avec son bâtiment bien entretenu. Amoureux des belles architectures, je remarque également une somptueuse propriété de pierres et de briques à proximité au milieu un  magnifique jardin.

L'écluse de l'Evêque

Jeudi 16 août 2013

J’aborde le 43ème bief, celui de Villedubert, long de 0 km 750, bordé de jeunes platanes replantés. Il faudra attendre au moins une vingtaine d’années avant que ceux ci n’abritent les promeneurs d’une ombre conséquente. Au fond, sur la photo à gauche, la Montagne d’Alaric qui s’étend sur une quinzaine de kilomètres d’Est en Ouest, culminant à 600 m.

Le bief de Villedubert

Jeudi 16 août 2013

Et c’est sur la 43ème écluse du Canal du Midi, à bassin simple que je termine mon récit « En Carcassonnais jusqu’à l’écluse de Villedubert », avant dernier récit sur la traversée du 3ème pays que traverse le cours d’eau. Nous nous trouvons à 113 km 543 de la Garonne, à l’altitude de 86 m sur la commune éponyme, la 33ème depuis Toulouse (sur 63).
Désireux de me désaltérer, je tente d’attraper une grappe de raisin sur la treille du bâtiment éclusier et constate que celui-ci est mûr, contrairement aux grappes des vignes aux abords de l’écluse d’Herminis, la veille. Géographiquement parlant, l’écluse de Villedubert, à proximité de l’Aude, se situe à l’extrémité Est de la commune de Carcassonne alors que l’écluse d’Herminis se situe à limite Ouest de celle-ci (12 km environs à vol d’oiseau entre les 2 endroits). J’en conclus que la « ligne de partage » des dates de maturité du raisin correspond grosso modo à une verticale Nord-Sud similaire à celle de l’arrivée à maturité du raisin du côté de Limoux.

L'écluse de Villedubert

Jeudi 16 août 2013

C’est tout, pour le moment !

Nicolas.

Une approche d’un amoureux du département de l’Aude qui raconte Carcassonne : partie 1, 2, 3, 4, 5, et 6.

L’article précédent : Le Canal du Midi à Carcassonne.

L’article suivant : En Carcassonnais jusqu’au bief de Marseillette .

Retrouvez mes photos de toutes les écluses du Canal du Midi sur cette carte.

Ces endroits sont également évoqués dans le site de mon ami Jean-François sur ces pages :

 

Autres sites :

Le site du Canal des deux mers à vélo.

Le site Vélo-Canaux-Dodo.

Une maison d’hôtes , un gîte et un domaine viticole que je vous recommande dans le secteur : Le château Borie Neuve, à Badens.

Commentaires fermés

16 commentaires pour  « En Carcassonnais jusqu’à l’écluse de Villedubert »

  1. Alain MARC dit :

    Bravo Nico, c’est super intéressant, j’ai tout lu dans la foulée !

    • Nicolas Nicolas dit :

      Merci Alain pour ta fidèlité.

      Pour le moment, l’écriture de mes articles, du moins jusqu’à ce que j’en écrive le dernier sur ma ballade à vélo s’inscrit dans un cadre photographique. Selon mes estimations, et en prenant un peu mon temps, par ce que je publie aussi sur http://www.croqueurs-de-nature.com, j’aurai terminé en juin 2015.

      Viendra ensuite une écriture qui s’inscrira plus dans un cadre graphique (aquarelles, dessins, peinture). Comme je n’avance pas aussi vite que je voudrais, et que l’écriture des articles qui demande une mise en page préalable des photos, est toujours plus longue que ce mes estimations, je suis donc « lié » au blog, et pour mon plus grand plaisir aussi, pour pas mal de temps encore.

  2. Salut Nico, toujours des détails interessants qu’on ne peut appréhender quand on passe sans souci près du canal… je m’y suis rendue cet après midi coté Castelnau d’Estretefonds, sur le canal latéral à la Garonne, c’est un plaisir de voir les péniches, les reflets, les promeneurs qui se détendent au bord de l’eau, les pécheurs… Bravo pour ton article fouillé…
    Elisabeth

    • Nicolas Nicolas dit :

      Le Canal de Garonne, anciennement appelé le Canal Latéral à la Garonne, est un cours d’eau que je compte également longer pour ensuite écrire des articles du même type que ceux que j’écris pour le Canal du Midi, surtout si mon ami Jean-François prévoit d’élargir son site en traitant ce cours d’eau.

      Au moment ou j’écris ces lignes, en ce mois d’octobre 2013, l’organisme avec lequel j’ai longé le Canal du Midi (http://www.randovelo.fr/) ne prévoit pas encore de circuit le long du Canal de Garonne. J’envisagerai peut être de le faire « à la carte » avec une agence de voyage spécialisée comme « Les Voyageurs du Monde » (http://www.voyageursdumonde.fr/)

      Ceci dit, j’ai pas mal de chose à approfondir sur le Canal du Midi, par exemple, me pencher sur son alimentation (rigole de la Plaine, rigole de la Montagne, prise d’eau d’Alzeau, Lac de St Férréol etc… Il parrait qu’il y a de très belles ballades à y faire ).

      Il me faudra aussi me pencher sur le Canal de la Robine, sur le Canal de Brienne.

      Comme je l’expliquais sur une réponse que j’ai apporté à Alain Marc, ma démarche est pour le moment prioritairement photographique, puis elle deviendra plus graphique quand j’aurais terminé d’écrire les articles sur ma ballade à vélo, normalement en juin 2014. Le séjour que nous avons fait au Somail s’inscrivait d’ailleurs dans les 2 démarches et si tu as la bonne idée d’organiser un nouveau stage sur les bords du Canal du Midi mais à un autre endroit (Castelnaudary, par exemple), je serais preneur.

  3. SCHMITT dit :

    Quel moment de détente et sérénité qui fait du bien au moral.
    C’est, à chaque reportage, un plaisir de partager vos escapades si intéressantes et si joyeuses.Elles chantent le soleil et l’air frais.
    Michèle se joint à moi pour vous souhaitez encore de très belles et nouvelles échappées,
    c’est du plaisir.merci.

    Très cordialement,

    M.Mme Didier SCHMITT

    L’Ermitière

  4. Nathalie dit :

    Je viens de lire votre article et les commentaires qui s’ensuivent, et je partage entièrement l’opinion de m et mme Schmitt.

    Il suffit simplement de faire quelques centaines de mètres pour se « déconnecter (presque) totalement du monde et retrouver une athmosphère de sérénité, en partie aussi grace aux platanes. Profitons en avant qu’il ne soient presque tous coupés à cause de cette saloperie de champignon, … à moins qu’il ne soit éradiqué. Je me suis laissée entendre dire que des essais d’injections étaient prévus ou en cours du côté de Castelnaudary. Espérons qu’ils soient concluants.

    • Nicolas Nicolas dit :

      J’y retourne régulièrement, et, effectivement, ce n’est pas forcément la peine de se rendre au bout du monde pour s’évader.

      En ce qui concerne les essais d’injections, j’ose espérer qu’ils seront concluants pour préserver ce qui restera des platanes, ce qui, je l’espère, n’empêchera pas l’introduction de nouvelles essences d’arbres sur le canal.

  5. Hervé et Sylvie dit :

    Nous ne connaissons pas très bien ce secteur du canal, mais comme nous sommes en vacances dans les parages, nous allons nous empresser d’enfourcher nos bicyclette pour nous rendre jusqu’à Carcassonne (s’il n’y a pas de nouveau un orage de grèle).

    • Nicolas Nicolas dit :

      Effectivement, j’ai eu la chance de parcourir tout le canal par beau temps, excepté un orage en fin d’après midi sur Carcassonne le mercredi 15 août 2012, mais j’étais déjà à l’abris dans ma chambre d’hôtel.

  6. Sebastien dit :

    Très belles ballades à faire le long du Canal depuis Carcassonne. J’ai marché il y a deux ans entre l’écluse de Carcassonne et Trèbes et je conseille très vivement à qui veut se lancer de le faire.

  7. Julien dit :

    Très bonne idée de détailler les longueurs de biefs ainsi que le positionnement des écluses. Un moyen de se repérer.

    • Nicolas Nicolas dit :

      Visiblement, sans me « tresser de lauriers », ces données ont renseigné d’autres contributeurs qui ont, à leur tour, et à leur manière, repris quelques unes de ces informations sur leurs publications.

  8. Sapho dit :

    Effectivement, on commence à sentir que nous progressons vers des paysages méditerranéens.

  9. Valentin dit :

    Je suis sans voix, tellement c’est magnifique !!!

 

ℓє Бℓσg ∂υ ¢αиαℓ ∂υ мι∂ι

© 2012-2017 JFB Blog du Canal du Midi