Blog du Canal du Midi

Évocation du Canal du Midi

Le Canal du Midi est aussi sur twitter @lecanaldumidi et sur facebook, avec le même nom lecanaldumidi

Épanchoirs, Déversoirs ou Siphons

Posté le 20 février 2021 à 23h 00 dans Le patrimoine du Canal du Midi par

Aujourd’hui, je vais écrire sur un sujet qui me tient à cœur depuis très longtemps : La manière dont on peut évacuer l’eau excédentaire du Canal du Midi, comme pour les autres canaux d’ailleurs.

Pour expliquer toutes ces choses, il suffit de quelques mots clefs qui sont : déversoirs, épanchoirs et siphons !

Sachons tout de même que ce sacré ingénieur qu’était Vauban, s’était déjà fort préoccupé de toutes ces questions, mais je le dis ici simplement à titre d’information. Il faudrait tant écrire des articles à son sujet, seulement en rapport avec le Canal Royal de Languedoc, que ce n’est pas possible dans un article aussi modeste que celui-ci .

Je vois que l’orthographe du mot épanchoir ne convient pas très bien à mon correcteur d’orthographe, mais bon, c’est peut-être parce qu’on ne lui a pas appris ce qu’était ce terme !

Les déversoirs et les épanchoirs sont des concepts très simples et très faciles à comprendre, mais les siphons sont un tout petit peu plus compliqués (ils n’en restent pas moins très simples). Je rappelle au passage qu’on a trop souvent tendance à écrire siphon avec un « y » au lieu du « i » bien plus approprié ! mais en fait, si vous commettez cette erreur, rien ne sera jamais très grave dans la mesure où vous voulez vous informer au sujet de cette belle technique.

 

Qu’est-ce donc qu’un déversoir ?

On va dire qu’un déversoir déverse ! C’est si simple, vu de cette manière !

Ce terme de déversoir peut être utilisé en bien de circonstances ! Par exemple, en ce qui concerne les lacs de haute-montagne, ils se déversent via le point qui est le plus bas, et on appelle aussi ça un déversoir !

Bref, un déversoir, c’est naturel.

Je vais donc commencer par évoquer le déversoir le plus célèbre du Canal du Midi, qui se trouve être aussi un épanchoir, c’est peut-être pour cette raison qu’on l’a appelé, l’épanchoir d’Argent-Double. Il se trouve au dessus de la petite rivière d’Argent-Double, d’où vient son nom. Le voilà :

Vous êtes devant l'épanchoir de l'Argent-Double, le plus beau et le plus célèbre de tout le Canal du Midi, mais bien sur, il en existe bien d'autres qui méritent de figurer à ses côtés !

L’épanchoir de l’Argent-Double est vraiment très beau !avec ses onze arches, c’est le plus célèbre de tous, et il mérite bien ce titre.

Vous pourrez aisément comprendre que l’eau excédentaire peut se déverser tranquillement au travers de ces 11 arches ! Mais ce n’est pas le seul, il en existe bien d’autres…

Je vous présente celui de Villepinte

L'épanchoir de Villepinte est bien moins célèbre que celui de l'Argent-Double, mais il reste très intéressant à plusieurs titres, d'abord, il existe un lavoir en face de lui, et on va dire qu'ensuite, il fait tout de même partie du Canal du Midi

L’épanchoir de Villepinte n’a rien à envier à celui de l’Argent-Double, sauf qu’il est un tout petit peu plus récent, qu’il ne dispose que de huit arches, et nous parait plus « moderne » et je vous rappelle le lavoir qui se trouve en face.

En prime, celui là, vous pouvez aussi l’observer avec un lavoir au premier plan ! Bien sur, les lavandières ne sont plus là, mais imaginez les donc un peu en train de laver leur linge. Ceci dit, il faudra bien qu’un jour, j’écrive une article au sujet de ces lavandières, il y a tellement de choses à raconter à ce sujet !

Et pour la face aval du déversoir, voilà ce qui suit :

Ma foi, tout cela correspond fort bien à la vraie définition d’un déversoir, mais il y a encore celui des Thomasès

Jonction du Laudot et de la Rigole de la Plaine

Celui là est bien moins connu que les autres, mais il existe bel et bien , Il se situe à la jonction de la rigole de la montagne et celle de la plaine, donc, pas sur le Canal du Midi à proprement parler. Il n’en est pas moins beau et remplit parfaitement sa fonction. Comme vous pouvez l’observer, c’est à la fois un déversoir et un épanchoir, car il dispose de deux vannes.

Le voilà encore sur sa face aval où l’on voit mieux les deux vannes de fond dont l’une est ouverte :

Jonction du Laudot et de la Rigole de la Plaine

 

 

Qu’est-ce donc qu’un épanchoir ou plutôt un épanchoir de fond ?

On pourrait dire qu’un épanchoir épanche , ça aussi vu comme ça, ce n’est pas très compliqué.

On qualifie trop souvent de déversoirs ce qui n’est en fait qu’ épanchoirs… Mais pas de quoi s’inquiéter, le terme est presque synonyme, presque, mais pas tout à fait !

On va donc dire que les épanchoirs de surface ressemblent fort aux déversoirs, mais en ce qui concerne les épanchoirs de fond, c’est tout autre chose ! Car en fait, ce sont eux, les vrais épanchoirs.

Je vais donc devoir préciser que pour que la véritable définition d’épanchoir soit admise selon moi, il faut des vannes, et que tout cela se passe au dessous du niveau des eaux, alors que le déversoir ne peut que  se situer qu’en surface  ! Mais bon, je ne voudrais pas que ces digressions orthographiques vous arrêtent trop, et c’est pourquoi je vais me taire à présent !

Je vous le rappelle, l’épanchoir le plus spectaculaire du Canal du Midi n’est autre que l’épanchoir des Patiasses !  Je n’ai jamais pu l’observer toutes vannes ouvertes, mais il y en a six ! C’est ici que vous pouvez aller pour vérifier Épanchoir des Patiasses sur le site du Canal du Midi.

J’imagine que lorsque toutes les vannes sont ouvertes, le spectacle doit être splendide ! Mais, je n’ai jamais pu encore observer cette situation !

Si vous êtes trop paresseux pour aller sur le lien que je viens de vous proposer, je vous offre encore quelques images

La photo n'est pas spectaculaire, elle montre la maison du gardien, et les six vannes de l'épanchoir des Patiasses, mais ce n'est pas l'endroit le plus spectaculaire pour une prise de vue. C'est surtout en contrebas qu'il faut se situer pour ça !

Ce que l’on peut observer en surface, à propos de l’épanchoir des Patiasses

ça, c’est ce qu’on peut voir en surface ! on voit bien qu’il existe six vannes qu’il suffit d’actionner pour que l’eau puisse s’écouler…

Il s'agit de l'épanchoir des Patiasses, vu en contre-bas ! attention, pour y descendre, vous risquez quelques glissades et au mieux, quelques égratignures et quelques souillures de boue. Au pire, je ne sais pas! Peut-être vous casser une jambe, mais pas plus !

Voilà l’une des véritables images de l’épanchoir des Patiasses. Vous comprendrez tous qu’il ne suffit pas de se contenter de la navigation en surface pour comprendre ce qu’est le Canal du Midi !

Vu d’en bas, les choses sont un peu plus spectaculaires… sauf qu’au moment de la prise de vue, deux vannes seulement étaient en fonction ! J’ai toujours rêvé de voir les six en action, peut être qu’un jour, je parviendrai à admirer le spectacle.

Ce qui ne m’empêche pas de préciser la fonction d’épanchoir au sujet de celui qui est le plus célèbre d’entre tous, je dis et je répète, l’épanchoir de l’argent double :

Je l’avais présenté comme un déversoir, et voilà à présent qu’il se trouve être un épanchoir ! En effet, l’épanchoir de l’argent-double dispose aussi d’une vanne de fond que vous pouvez voir au centre de l’image. Il suffit simplement de l’observer autrement qu’en surface ! (voyez vous, pour comprendre ce bon vieux Canal du Midi, il ne faut pas se contenter de rester en surface ! Quoi qu’il en soit, le nom d’épanchoir pour celui de l’Argent Double, n’est pas du tout usurpé.

Qu’est-ce donc un siphon ?

Attention ! les siphons, c’est un drôle de machin qui peut-être utilisé en bien de circonstances ! J’espère que vous connaissez tous le siphon de votre évier, qui est là pour éviter que les mauvaises odeurs ne remontent depuis l’égout.

Le truc ou le machin, comme vous le voulez (en fait, perso, j’adore le machin, c’est un vocabulaire de ce cher bon vieux général De Gaulle, certes, en d’autres circonstances !), c’est que sur le Canal du Midi, comme d’ailleurs sur les autres canaux, un siphon permet aussi d’évacuer l’eau excédentaire.

Il est vrai que les siphons, c’est un peu difficile à photographier, voire impossible ; c’est pourquoi j’ai fait appel à mes amis des archives du Canal du Midi pour mieux vous expliquer… et comme toujours, je les en remercie.

Je vous livre donc trois images, qui a l’origine, n’en forment qu’une, mais c’est pour mieux évoquer cette question que j’ai décomposé cette image. Il s’agit de l’épanchoir à siphon de Ventenac, qui a été repris dans certaines publications, et notamment par celle de L.T.C. Rolt Le Canal entre les deux mers, exactement à la page 138 de la dernière édition. J’en profite pour vous recommander ce bouquin (si vous pouvez le trouver), qui est selon moi, l’un des deux meilleurs, et de très très loin, au sujet du Canal du Midi, avec celui de Michel Cotte, Le Canal du Midi « Merveille de l’Europe » Les destinées du patrimoine.

Ces trois images concernent bien sur l’épanchoir à siphon de Ventenac, mais j’en profite pour vous dire encore que certaines définitions peuvent se bousculer, et qu’après tout, trop de précisions au sujet du vocabulaire peuvent s’avérer inutiles. En fait, l’essentiel, c’est de comprendre ! Quoi qu’il en soit, cette archive est une petite merveille !

Nous ne reviendrons pas sur le titre

Le plan du siphon de Ventenac, tel qu’on peut l’observer en surface

L’image en surface nous en apprend très peu, contentons nous de l’observer, elle reste suffisamment belle pour qu’on puisse l’apprécier, car avec elle, vous pouvez admirer l’excellent graphisme de toutes les archives du Canal du Midi.

L'épanchoir à siphon de Ventenac, où l'on observe en coupe, comment l'eau excédentaire peut être évacuée du canal au moyen d'un siphon. Il s'agit là d'une très belle archive, reprise de nombreuses fois dans des livres à ce sujet. on observe bien la courbe du siphon, parfaitement adaptée au niveau optimal du canal

Une très belle image en coupe au sujet de l’épanchoir à siphon de Ventenac

En fait, l’image fondamentale de cet article, c’est bien cette dernière ! Avec cette image, il vous sera très facile de comprendre comment les eaux excédentaires du canal du midi pourront être évacuées au moyen d’un siphon. Celui là, c’est celui de Ventenac, bien sur il en existe d’autres, bien sur bien sur !

Ceci dit, la technique du siphon permet encore de bien plus belles choses,  je l’évoquerai dans un autre article 😉

 

Avant de partir…

Avant de vous quitter pour cette fois, je vais encore vous présenter un épanchoir, il s’agit de celui-ci, bien moins célèbre que ceux que j’ai déjà pu évoquer. Il n’en reste pas moins très intéressant. Figurez vous qu’il se trouve encore sur la commune de Villepinte et au loin, sur la première image, vous pourrez observer la maison du garde de l’écluse de Villepinte, comme l’écluse elle-même, si vous faites un peu attention. Cet épanchoir, qui est aussi un déversoir, dispose de deux vannes, mais en observant les images, ce sera bien mieux que de très longues explications. Je vous rappelle que le plus souvent, les photos que je présente ne sont que descriptives, car les présenter artistiquement serait bien plus contraignant. Je veux dire qu’il faudrait se trouver dans l’endroit au meilleur moment de la journée avec l’éclairage qui convient le mieux vis à vis de notre grand ami, le soleil !

… et ensuite, l’image qui permet d’observer les deux vannes de cet épanchoir, à leur sortie. Cette photo a été prise en violent contre-jour, ce qui explique le flare à la sortie. Le flare, c’est cet hexagone bleuté que l’on voit au niveau du tiers supérieur de la photo. Le flare, c’est  une aberration optique due à une diffusion parasite de la lumière à l’intérieur d’un objectif. Bien sur, vous pourrez très facilement vous renseigner sur internet à ce sujet.

 

Quoi qu’il puisse advenir, je vous rappelle à tous que la liste complète des ouvrages du Canal du Midi se trouve là, en cet endroit : Les ouvrages du Canal du Midi. Merci à tous d’aller voir cette modeste page.

J’espère bien que cet article vous aura plu, et quoi qu’il en soit, merci à tous de continuer à suivre ces publications qui vont bien sur continuer, continuer… et je sais bien que ceux qui sont intéressés ne commentent pas toujours. Mais je serais toujours ravi si quelques commentaires ou quelques questions viennent ici, car voyez vous, il en vient énormément dans ma boite mail, mais c’est très restrictif, car mes réponses ne permettent pas aux autres d’en profiter.

 

8 commentaires pour  « Épanchoirs, Déversoirs ou Siphons »

  1. Avatar MAUBOURGUET DANIEL dit :

    Bonjour,
    Une très belle explication sur les épanchoirs, Déversoirs, le fonctionnement du siphon, il y a d’autres installations sur le canal du midi, la traversée de Toulouse le pont canal sur l’A620,la montée du canal Altitude 139 mètres au port de l’embouchure (les ponts jumeaux) jusqu’à l’alimentation du canal le seuil de Naurouze 199 mètres, avec les lacs du Lauragais, les deux écluses de l’Océan & Méditerranée, le tunnel Vauban, la montagne Noire du Tarn, Béziers, Vias, Agde, jusqu’à Marseillan le phare des Onglous, le chenal de l’étang de Thau, etc…

    Cordialement

    • Merci à vous, mais j’ai tellement raconté le Canal du Midi ici et là que je ne sais plus trop quoi dire de plus en tout cas, au sujet de la réponse que je pourrais vous donner, mais bien sur au sujet du Canal du Midi, je pourrais bien continuer jusqu’à l’infini, et c’est ce que je ne vais pas manquer de faire ! Quoi qu’il en soit, c’est très sympa de votre part d’avoir répondu à cet article. Merci encore !

  2. Avatar FAURE Jean dit :

    Bonjour, et bravo pour votre formidable expertise sur le canal du Midi.
    Et encore bravo à son concepteur.
    J’ai une question d’ordre mineur.
    D’où vient la tête de déesse, je suppose, qui repose dans un pré du seuil de Naurouze? Qui est-elle et que fait-elle là? Sa destinée compte peut-être peu dans l’histoire du canal, mais elle m’intrigue!
    Cordialement, Jean Faure.

    • Bonjour et merci pour vos observations.
      Au sujet de votre question, je n’ai pas d’information pour l’instant. Je n’ai pas connaissance d’une « tête de déesse » en cet endroit. Il faut dire que voilà quelque temps que je ne me suis pas rendu sur les lieux. Cependant, je vais essayer de m’informer à ce sujet et je vous communiquerai la réponse, s’il y en a une, et au plus tard, avant la fin de la semaine qui suivra celle-ci.
      Cordialement

  3. Avatar JACQUELINE GRILLON dit :

    bonjour,

    Je viens de lire épanchoirs, déversoirs trés interessant. merci de toutes ces informations.
    Auriez vous publié sur les métiers liés au canal, métiers féminins tels qu’éclusière, aubergiste des relais sur le canal ( dîner et couchée) au temps de Riquet………….
    Un grand merci et les photos magnifiques.

    • Bonjour et merci pour votre participation,
      A proprement parler, je n’ai pas publié sur les sujets qui vous intéressent, en tout cas au temps de Riquet. Pour cela, il me faudrait organiser la documentation dont je dispose et l’enrichir un peu. Je le ferai peut-être tôt ou tard.
      Par contre, en ce qui concerne la période récente, après 1950, André, qui a participé ici, a écrit quelques articles en tant que fils de l’éclusière de Vic, vous pouvez accéder à ses articles ici :http://www.canaldumidi.com/Publications/author/a-benes/
      cordialement

  4. Avatar Alain MARC dit :

    Très intéressant article, Jean-François ! Ce canal, son histoire, son architecture, le vie qu’il a favorisée en font des sujets passionnants, et la connaissance de ces épanchoirs / déversoirs en constitue un élément essentiel, merci de les porter à notre connaissance.
    – Connais-tu « La vision du Grand Canal Royal des Deux-Mers » de Charles CROS, publié aux Ed. Lacour en 2020 ? Ce poème d’un lyrisme incontestable, si bien préfacé par Hervé ROUGIER, est une ode incontestablement épique qui ajoute ses lettres de noblesse à la grandeur de cet ouvrage et de son (ses) concepteurs… J’y trouve personnellement comme un écho à tes travaux et recherches sur ce magnifique ouvrage !

    • Salut Alain et merci pour tes observations,
      Le poème que tu évoques est certainement (en tout cas selon moi) le plus beau qui ait été écrit au sujet du Canal du Midi, en fait, plus généralement, de Bordeaux à Sète ou Narbonne. Charles Cros l’a écrit peu de temps avant sa mort, en 1888. Par contre, je ne connais pas la préface d’Hervé ROUGIER.

      Bien sur il existe d’autres poèmes, notamment en occitan, le problème, c’est qu’ils sont souvent dirigés en faveur de Riquet et le Canal y apparait au second plan. Avec celui de Charles Cros, c’est le Canal lui-même qui est magnifié. Un jour peut-être, j’évoquerai toutes ces choses.

Laisser un commentaire

Vous pouvez ajouter un lien pour être suivi sur twitter en plaçant votre "username" dans cette boite.
Ne doit être placé qu'une seule fois (sauf si vous modifiez votre nom d'utilisateur). Pas de http ou de @ SVP

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les smileys  :-)  :-(  ;-)  :-P  et d'autres, seront traduits en icones.

 

ℓє Бℓσg ∂υ ¢αиαℓ ∂υ мι∂ι

© 2012-2021 JFB Blog du Canal du Midi