Blog du Canal du Midi

Évocation du Canal du Midi

Le Canal du Midi est aussi sur twitter @lecanaldumidi et sur facebook, avec le même nom lecanaldumidi

Canal du Midi selon l’Illustration (II)

Posté le 2 février 2022 à 13h 00 dans Une Histoire du Canal du Midi par

Voilà le deuxième épisode de cette série d’articles qui consiste à évoquer le Canal du Midi selon l’illustration. Je précise que cet article du 24 juillet 1847 n’est pas signé.  Néanmoins, le style d’écriture de l’ensemble des articles semble bien écrit par la même main et l’article du 7 août 1847 est signé Frédéric LACROIX. Il semble donc qu’il faille lui attribuer l’ensemble des articles. Dommage que je ne sache pas qui il a été, mais ces articles sont construits dans une langue admirable ! Tout simplement celle de la langue Française !

Il faut tout de même que je précise qu’un premier article a été publié a ce sujet, et il se trouve ici : Histoire de la conception du Canal du Midi

Le présent article évoque essentiellement la Montagne Noire et le système d’alimentation en eaux. Il s’éloigne parfois du thème principal en évoquant d’autres aspects de la Montagne Noire qui n’ont qu’un rapport ténu avec le Canal du Midi, ce qui me convient parfaitement. Je ne n’évoquerai que la montagne Noire du Nord, trop peu méconnue… A vous de vous faire une idée…

 

24 juillet 1847 deuxième partie

 

La prise d’eau du Sor – Rigole de la plaine

 

Après une étude exacte du système hydraulique de cette partie du Languedoc, l’auteur du canal du Midi fut conduit, comme on l’a vu, à prendre la montagne Noire pour base de son œuvre. En effet, cette chaîne , au point où elle se termine, c’est-à-dire près des petites villes de Sorèze et de Revel, a plusieurs versants et offre, dans un rayon assez court, les sources d’un grand nombre de torrents. La nature semblait donc ici avoir tracé la voie à la science. La montagne Noire fut choisie pour devenir le château d’eau destiné à alimenter le canal.

La montagne Noire est une des branches de la chaîne du Vivarais, dans la direction de l’ouest. C’est un curieux échantillon de ces soulèvements qui ont bouleversé la surface du monde primitif. Des collines abruptes ou arrondies, les unes couvertes d’épaisses forêts, les autres hérissées de rochers aux formes bizarres, constituent ce système de montagnes, célèbre dans les guerres religieuses et politiques qui ont si longtemps ensanglanté le midi de la France. Des gorges profondes, des ravins pittoresques, des torrents qui roulent avec bruit leurs eaux pures et rapides, des vallons verdoyants, dominés par des masses granitiques suspendues aux flancs des coteaux, des ruines de forteresses féodales sur les mamelons les plus escarpés, des hameaux perdus au milieu des bois, et dont les habitants reçoivent fréquemment la visite des loups, voilà ce que le voyageur remarque dans ces petites Alpes languedociennes. Le granit commun, vulgairement appelé granit à gros grain, se trouve partout dans la montagne Noire il en est la base unique. Ce granit offre dans ses saillies extérieurs des formes variées et singulières on y rencontre souvent des veines et des blocs de quartz, produits de formation postérieure. Dans les environs de Lampy il se présente en tables vastes, mais peu épaisses. Dans l’espace situé entre Saissac et le hameau des Campmazes, il apparaît en blocs nombreux, approchant presque tous de la forme ronde ou ovoïde. Du côté d’Alzau, dans la forêt qui entoure la prise d’eau, il surgit çà et là en masses monstrueuses généralement arrondies.

  • L’auteur évoque le Vivarais, il aurait dû dire Cévènes ou effectivement les guerres de religion ont longtemps ravagé le pays, qu’il s’agisse de la croisade des Albigeois, des guerres de religion ou de la révolte des Camisards.
  • Visites de loups ! N’oublions pas que nous nous situons en 1847.
  • Le village des Campmazes s’écrit aujourd’hui Cammazes.

C’est au pied de la montagne Noire, à peu près sur la limite des départements de la Haute-Garonne et du Tarn, et près du grand réservoir du canal, qu’est située la petite ville de Sorèze, longtemps célèbre par son collège, qui, sous la direction des frères Ferlus, a donné à la France une foule d’ingénieurs éminents, de brillants officiers et d’illustrations scientifiques.

Nous recommandons particulièrement aux touristes qui iraient visiter la montagne Noire, de ne pas oublier dans leurs courses la grotte du Calel, toute voisine de Sorèze. Cette immense excavation occupe tout l’intérieur de la montagne dite du Causse. On y pénètre par un trou, ou plutôt par une gouffre profond. La caverne est sillonnée de ruisseaux, traversée dans toutes les directions par des galeries et des ravins. On y trouve des salles immenses, des voûtes élevées, d’énormes rochers aux formes fantastiques. Les parois sont presque partout tapissées de stalactites. Ces cristallisations, tantôt blanches, tantôt d’un jaune de soufre, affectent les formes les plus variées : ici ce sont des hôtels, des berceaux, des corniches ; là des entablements, des jeux d’orgue, des guirlandes  plus loin des croix, de longs cierges, des franges gracieuses. Mais ce qui excite surtout l’admiration du visiteur, c’est une colonne de cristal qui s’élève dans l’une des plus vastes salles, et dont le piédestal, régulièrement cannelé, est aujourd’hui séparé du fut par une intervalle de plusieurs centimètres, dans que les parties divisées aient dévié de leur position primitive. Rien de plus magnifique que l’aspect de cette colonne, au sommet de laquelle pendent, en élégants festons, mille stalactites éblouissantes.

On voit que la montagne Noire offre plus d’un attrait aux géologues et aux touristes.

  • L’auteur évoque avec enthousiasme la Montagne Noire. Il existe en effet de nombreuses cavernes et petit gouffres sur le versant Nord, de Mazamet à Revel. la plus importante est la grotte de Calel.
  • L’école de Sorèze a existé de 1682 à 1991, dans les murs d’une ancienne abbaye (Sainte-Marie-de-la-Sagne). Devenue collège en 1682 et presque entièrement reconstruite. En 1776, Louis VI la transforme en école militaire afin d’éduquer les jeunes aristocrates. En 1793, elle devient privée puis, en 1854, les dominicains la reprennent sous la direction d’Henri Lacordaire.
  • De nombreux généraux et maréchaux d’empire sont issus de l’école de Sorèze. Je n’en dresserai pas une liste exhaustive,  j’évoquerai simplement Antoine François Andréossy, général de l’Empire, qui est le descendant de François Andréossy (voir article précédent), ingénieur et bras droit de Paul-Riquet, le général Marcelin Marbot, qui a écrit ses mémoires retraçant les campagnes napoléoniennes, Jean-François de La Pérouse, célèbre navigateur et Claude Nougaro qu’il est inutile de présenter.
  • L’école ferme en 1991, il en reste un musée. Un lien vers l’école de Sorèze

    Malgré la volonté d’un groupe de personnes habitant la région8, la structure ferme en 19911, mais laisse un véritable héritage culturel qui est encore visible de nos jours.

    L’édifice .

La topographie et le système des eaux de cette chaîne désignaient les deux rivières de Sor et de Laudot au choix de l’auteur du canal. Mais ces deux cours d’eau ne pouvaient être utilisés qu’autant qu’on leur creuserait un lit artificiel pour leur donner la direction convenable. Le Sor, qui prend sa source dans la montagne et qui passe au pied de la vieille tour de Roquefort, fut pris à l’endroit où il débouche dans la plaine du côté du nord. Là une chaussée, construite près du moulin de Pont-Crouzet, fit entrer ses eaux dans une rigole dite rigole de la Plaine.

  • Le Sor et le Laudot et l’Alzau sont les ruisseaux les plus importants pour l’approvisionnement en eau du Canal du Midi.
  • Sur la montagne, se trouve prise d’eau d’Alzau, et dans la plaine, la prise d’eau de Pont-Crouzet. Le Laudot quant à lui, alimente directement le bassin de Saint-Ferréol.

Prise d’eau du Sor à Pontcrouzet

Ce petit canal large d’environ trois mètres, suit la base de la montagne en se soutenant vers le bas, et se rend vers le sud au point de partage, pour se perdre dans le grand canal.

  • Cette rigole, dite de la plaine traverse Revel et rejoint les eaux venues du Bassin de Saint-Ferréol aux Thomasès, entre Revel et Castelnaudary.
  • A partir des Thomasès, la Rigole de la plaine poursuit son chemin jusqu’au seuil de Naurouze.
  • A suivre…

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Vous pouvez ajouter un lien pour être suivi sur twitter en plaçant votre "username" dans cette boite.
Ne doit être placé qu'une seule fois (sauf si vous modifiez votre nom d'utilisateur). Pas de http ou de @ SVP

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les smileys  :-)  :-(  ;-)  :-P  et d'autres, seront traduits en icones.

 

ℓє Бℓσg ∂υ ¢αиαℓ ∂υ мι∂ι

© 2012-2022 JFB Blog du Canal du Midi

error: Content is protected !!