Blog du Canal du Midi

Évocation du Canal du Midi

Le Canal du Midi est aussi sur twitter @lecanaldumidi et sur facebook, avec le même nom lecanaldumidi

Le long du Canal de Jonction de la Robine

Posté le 31 juillet 2014 à 07h 30 dans Randonnée de Nicolas sur le Canal par

Voici  le 17ème article sur le récit de ma promenade à vélo sur 7 jours le long des 240 km du Canal du Midi, consacré aux 4 km 555 du Canal de Jonction de la Robine.

Après avoir goûté l’ insouciance et la douceur de vivre, attablé sur une terrasse avec vues sur le pont, la chapelle et la péniche épicerie au Somail, sous un soleil radieux, me voici rendu sur l’embranchement au Canal de Jonction de la Robine, direction Narbonne,  la 5ème étape de la feuille de route qui m’a été donnée par Randovélo.

J’accède au pont qui m’offre une vue sur la perspective rectiligne du canal qui descend en escalier à travers 4 biefs de longueurs à peu près égales, et « ponctués » par un dernier bief d’1 km avant l’arrivée en « virgule », dirigé sur l’amont de l’Aude.

C’est également à partir d’ici que le tracé des chemins de hallage se confondent avec ce qui pourrait être une variante de deux itinéraires :

L »itinéraire de l’Eurovélo 8 Cadiz-Athènes, et plus particulièrement le trajet de Port la Nouvelle à l’avant dernier pont avant le Phare des Onglous, sur le Canal du Midi, à Marseillan, le Pont du Maire, via Narbonne, Sallèles d’Aude, l’embranchement du Canal du Midi et de Jonction de la Robine (photo ci dessous), Argeliers, Capestang, Poilhes, Colombiers, Béziers, Marseillan.

Un des nombreux parcours des Chemins de Saint Jacques de Compostelle, sur le même trajet cité dans le précédent paragraphe, par une variante du chemin appelé « piémont pyrénéen », pour celles et ceux qui viendraient d’Arles et choisiraient de passer par Perpignan.

 

Accès au Canal de Jonction de la Robine

 vendredi 17 et samedi 18 août 2012

Ci dessous, la 7ème écluse, portant le nom de la rivière avoisinante, la Cesse. Il est à noter qu’elles sont toutes  conçues sur le modèle de bassins uniques à bajoyers elliptiques.

Le Canal de Jonction de la Robine fut terminé en 1787, permettant un transport de marchandises ininterrompu depuis Toulouse, Carcassonne, Béziers ou Agde vers Narbonne, Port la Nouvelle et la Méditerranée alors qu’il fallait auparavant les décharger, puis les transporter par voie terrestre … avant de les recharger pour les acheminer par voie d’eau.

L'écluse de Cesse

vendredi 17 août 2012

Je longe les 0 km 630 du 6ème  bief (de Truilhas), retenu par la 6ème écluse éponyme. J’observe une végétation un peu différente de celle du Canal du Midi puisque les platanes font place aux pins parasols, agrémentés de quelques cyprès et autres oliviers (relevé non exhaustif).

Le-bief et écluse de Truilhas

vendredi 17 août 2012

Les 0 km 636 du 5ème bief retenu par l’écluse d’Empare ne diffèrent pas du bief précédent de par la végétation. J’observe l’entretien très variable d’une maison éclusière à une autre, tout comme sur le Canal du Midi. Ci dessous, en voici une à la façade ravalée (en données 2012).

Ce canal, sur sa rive droite, peut être longé soit par la route, soit par le chemin de hallage. Par facilité,  je choisis la voie asphaltée. A noter, aux environs, le musée gallo-romain des potiers « Amphoralis ».

 

le bief et écluse-d'Empare

vendredi 17 août 2012

La végétation se fait plus dense le long des 0 km 628 du 4ème bief retenu par l’écluse d’Argelliers  (rien à voir, à priori, avec la commune d’Argeliers, toute proche, d’ailleurs, l’écluse ne se situe pas sur son territoire).

Le bief d'Argeliers

vendredi 17 août 2012

Une rangée de part et d’autre de pins parasols, comme s’ils étaient au garde à vous et plus près les uns des autres par rapport à ceux des biefs précédents, me semble t’il, s’alignent le long des 0 km 637 du 3ème bief entre l’écluse d’Argelliers et celle de St Cyr.

Le bief et écluse d'Argeliers

vendredi 17 août 2012

Ci dessous, la plus petite maison éclusière de ce canal, sur un niveau. Je rencontre fréquemment tout au long de mon trajet des personnes pratiquant une de leur passion, la pêche (surtout des hommes, mais de tous ages alors que je ne m’attendait à rencontrer que des seniors). Une excellente école de patience, surtout pour les jeunes générations habituées plutôt à « zapper », autrement dit, à s’inscrire souvent dans l’éphémère, donc le superficiel.

Le bief et l'écluse de St Cyr

vendredi 17 août 2012

Un pont de fer piétonnier (photo ci dessous en haut à gauche, en arrière plan) face auquel se dresse une élégante demeure que je repère, abritant une maison d’hôtes « Les volets bleus » (en données 2012), établissement dans lequel je choisirai de séjourner en août 2014, dans lequel je séjourne régulièrement (et qui fera l’objet d’un article), marque l’entrée dans Sallèles d’Aude. Aux abords de l’écluse et dans le village, les platanes refont leur apparition avant de se dresser en majesté et au garde à vous tout au long des 1 km 096 du 1er bief. A noter aussi une plaque commémorative en marbre noir posée en 1987 pour marquer le bicentenaire de la mise en service de ce « chaînon fluvial » manquant.

Le bief et l'écluse de Sallèles d'Aude

vendredi 17 août 2012

le bâtiment éclusier à Sallèles d'Aude

vendredi 17 août 2012

Ci dessous, le bief du Gailhousty en amont et en aval, ponctué par la merveille architecturale de l’écluse et du bâtiment de l’épanchoir, précédé par d’élégants escaliers en arc de cercle, de chaque côtés du pont.

Départ et arrivee du bief du gailhousty

vendredi 17 août 2012

Le bief du Gailhousty

samedi 11 mai 2013

Au carrefour du Minervois et  Narbonnais, et pas très loin du Biterrois non plus, voici LA plus belle maison éclusière du Canal de Jonction et une des plus belles des Canaux des Deux Mers (Canal de Garonne, Canal de Montech, Canal de Brienne, Canal du Midi, Canal de Jonction, Canal de la Robine).

Ce site, construit en 1780, est à la fois une écluse  à double bassins et un épanchoir.

Pour la part d’utopie qui reste dans mon esprit, ce bâtiment représente une architecture idéale et éternelle, bien réelle celle ci, contrairement à celles représentées dans un de mes tableaux préférés : « La Cité Idéale« .

Cet endroit m’émerveille tout autant que l’Alhambra de Grenade, sa Cour des Lions en Particulier, ou le Pavillon Vendôme à Aix en Provence, au point que,  j’y suis revenu et y reviens pour le dessiner, et le peindre, par exemple, dans le cadre d’un séjour aquarelle qu’organisa Elisabeth Penou.

L'épanchoir du Gailhousty

vendredi 17 août 2012

L'épanchoir du Gailhousty en août 2014

mercredi 27 août 2014

Cet élégant bâtiment de pierres de tailles du 18ème siècle (terminé en 1780), qui accueillait les locaux de l’administration et le logement de l’éclusier est coiffé d’un fronton aux armes de la province de Languedoc et à celle de Monseigneur de Dillon, Archevêque de Narbonne. Il ne répond pas seulement aux soucis esthétiques d’une « porte d’entrée » majestueuse d’un canal et d’une écluse, mais était sensé recevoir, par l’intermédiaire de la courbe du Gailhousty, une partie des crues du fleuve et d’enrichir en limons les plaines environnantes, par l’intermédiaire de 15 vannes d’un côté et 4 arches de l’autre. Cependant, le projet de travaux complémentaires nécessaires pour le bon fonctionnement des opérations fut interrompu par les événement de la Révolution, et jamais repris ensuite, du moins, en jusqu’en 2012. Peut être le seront t-ils repris un jour !!!???. J’en doute fort, dans la mesure ou il faudrait aussi décider du devenir des étangs de Capestang, que j’évoquerai dans mon article au moment ou la progression de mon trajet le long du Canal du Midi aboutira dans ce village.

A noter aussi la présence d’une cale de radoub pour la mise à sec des bateaux.

L'élégant bâtiment du 18ème siècle de l'épanchoir du Gailhousty

vendredi 17  et samedi 18 août 2012

Je terminerai ce récit par les photos de la courbe du Gailhousty.

Je poursuis ensuite ma route le long du Canal de la Robine jusqu’à Narbonne, 5ème étape de ma randonnée à vélo. La petite difficulté pour atteindre cet autre canal consiste à grimper, mains au guidon mais pieds à terre, pour accéder au viaduc du chemin de fer touristique du Minervois  (ligne de Narbonne à Bize, ouverte en 1887), puis d’y redescendre par une pente aussi abrupte avant de longer le fleuve vers l’écluse de Moussoulens.

Pour éviter le franchissement délicat de ce pont, et en attendant, je l’espère, qu’une passerelle soit construite et que surtout, des panneaux d’orientation soient installés, par ce que, bon sang de bonsoir, rien n’est indiqué (en données 2012), je conseille de revenir sur Sallèles d’Aude, puis, à l’écluse, de prendre la départementale 1118 direction Cuxac d’Aude (sur la rive gauche). Empruntez  la départementale 13 direction Narbonne, qui traverse le fleuve, ensuite tournez à droite sur la départementale 369 direction Moussoulens. Vous rejoindrez le Canal de la Robine qui vous ramènera sur l’écluse de Moussoulens. Vous pourrez ainsi retrouver le pont du chemin de fer, et l’Aude sur la rive droite. Le matin du 6ème jour de ma randonnée, en remontant moi même direction Capestang, j’y ai rencontré 2 charmantes jeunes filles qui se rendaient à bicyclette à Bordeaux et qui s’étaient perdues.

Pour faire plus court, vous pouvez rester sur la départementale 13 qui rejoint le Canal à l’écluse du Raonel.

Je vous raconterai dans les 4 articles qui vont suivre « Le Canal de la Robine jusqu’au pont des Marchands », « Le Canal de la Robine sur Narbonne », « Le Canal de la Robine jusqu’à l’écluse de Mandirac » et « Le Canal de la Robine jusqu’ à Port-la-Nouvelle », mes randonnées complémentaires, toujours à bicyclette effectuées les mardi 26 et mercredi 27 août 2014. Ensuite, je reprendrai le cours de mon récit de 2012 à partir de Sallèles d’Aude à travers l’article « Le Grand Bief jusqu’à Capestang ».

Panoramique sur la sortie (ou l'entrée) du Canal de Jonction de la Robine sur l'Aude sur sa rive gauche.

mercredi 27 août 2014

 

La rencontre d'un fleuve et d'un canal, à savoir, les eaux du Canal de Jonction de la Robine se jettent dans l'Aude.

vendredi 18 août 2012

Arrivée du Canal de Jonction de la Robine sur l'Aude

mercredi 27 août 2014

 

Je vous invite à lire un article de mon ami André sur ce blog concernant les activités administratives sur une écluse au lendemain de la 2ème Guerre mondiale : « Registre de passage des péniches aux écluses« .

Voici sur ces liens 2 aquarelles sur l’épanchoir, en amont et en aval de l’écluse.

C’est tout, … pour le moment !

Nicolas.

 

 

Pour lire ou relire l’article précédent, cliquez sur « Le Grand Bief jusqu’au Canal de Jonction de la Robine« .

L’article suivant « Le Canal de la Robine jusqu’au pont des Marchands« .

 

 

Pour en savoir plus sur le tableau évoqué plus haut, cliquez  sur la Cité idéale.

Les pages de mon ami Jean-François consacrées au Canal de la Robine sur le site du Canal du Midi : l’écluse de St Cyr , Sallèles d’Aude et l’épanchoir.

D’autres infos sur l’épanchoir du Gailhousty : sur le blog du petit patrimoine, sur le site de Sallèles d’Aude, quelques vues sur les bateaux en cale sèche,

D’autre infos sur cet ouvrage ici et .

Un article sur les eurovélos du site « Les roues de Jude ».

Le site du Canal des deux mers à vélo.

Le site Vélo-Canaux-Dodo.

 

Hébergements à Sallèles d’Aude (liste non exhaustive) :

Maison d’hôtes « Les Volets bleus », ici (version anglaise), ou là, (version bilingue), mon « coup de cœur ».

Commentaires fermés

25 commentaires pour  « Le long du Canal de Jonction de la Robine »

  1. Joao dit :

    La lecture, ce matin, de votre article sur la progression de votre randonnée à vélo me donne la « pêche » et de l’entrain pour toute la journée. Je vous avoue que si j’étais sur place, j’aurais commencé ma journée par aller faire un tour du côté de l’épanchoir du Gailhousty et de sa magnifique architecture de pierres de taille.

  2. La Randonneuse dit :

    Très agréables promenades qu’offre également ce canal rectiligne qui, en effet, se termine « en majesté » par l’épanchoir du Gailhousty. Vos aquarelles sur ce sujet sont magnifiques.

    • Nicolas Nicolas dit :

      En complément de ma randonnée à vélo, je retourne régulièrement sur le Canal pour y marcher.

      A mon actif, sur ce point, j’ai parcouru les sections suivantes :

      De l’Embouchure au pont des Demoiselles à Toulouse (printemps et été)

      Du Pont-neuf à l’écluse de St Roch à Castelnaudary (été)

      De Ventenac-Minervois à Paraza par la rive gauche et retour par la rive droite (été).

      Du Somail à l’embranchement du Canal de Jonction de la Robine aller-retour (printemps)

      Du Somail au Pont-Canal de Cesse par la rive droite et retour par la rive gauche (printemps)

      Du pied du Pont-canal de l’Orb à jusqu’au pied de l’écluse de Béziers via le Pont Rouge aller-retour (printemps).

      De Port-Cassafières à Agde en incluant le bras du Canal qui mène à la mer (printemps).

  3. Marcel dit :

    Toujours captivantes, vos publications. Je vais regretter quand vous aurez tout écrit (sur la randonnée, je m’entend), mais, si j’ai bien compris, il reste encore 6 articles.

    • Nicolas Nicolas dit :

      Quand j’aurais terminé mes articles sur ma randonnée à vélo, j’en publierai d’autres sur mes aquarelles. Il me reste à faire aussi les rigoles de la plaine et de la montagne, le Canal de la Robine, Sète etc…

      De plus, je prévois de faire des photos du Canal par biefs avec tout ce qu’il y a comme ouvrages. Pour cela, je ne me fixe pas de délais. Je publierai au fil de mes inspirations, mais en respectant le sens Ouest-Est du Canal, autrement dit, je n’irai pas publier un article sur le bief de l’Embouchure à Toulouse, suivi d’un autre sur le Grand Bief. Celui qui succédera au 1er sera celui sur le bief des Minimes et ainsi de suite.

  4. Sophie dit :

    J’ai eu aussi l’occasion de passer le long du Canal de Jonction pour me rendre sur Narbonne. Je me suis aussi confrontée à la « montée », la traversée (en essayant de tenir en équilibre sur le rail), puis à la « descente » du pont. Par contre, pour la « remontée », j’ai choisi de rejoindre Sallèles par Cuxac d’Aude.

  5. André dit :

    Voilà, encore quelque chose de merveilleux que vous nous faites découvrir, ou plutôt que moi – même je découvre, puisque je n’ai jamais vu d’aussi près cette partie du canal du Midi, encore moins ce canal de la Robine. Donc, pour moi tout est nouveau; il me semble que, à côté, la partie où j’ai vécu, l’écluse de Vic et le Lauragais dans son ensemble, est moins dense, moins fournie, en monuments architecturaux dans leur site où ils sont en harmonie complète, que ce que vous nous présentez depuis quelque temps dans la partie « orientale « de ce canal du Midi. Qu’en pensez-vous, vous qui avez crapahuté, photographié, peint les deux secteurs et même plus ?

    Je ne voudrais pas mésestimer mes origines parce que ce n’est peut-être pas tout à fait vrai, et là je perçois une intervention de Jean-François qui pourra nous dire ce qu’il en est réellement, en tout cas me tempérer dans ma subjectivité !

    Pour conclure sur votre démarche, sur vos travaux, mais également je pense sur le plaisir que vous avez en sillonnant le long de ce canal, il me vient une idée, celle de me dépêcher pour y revoir très bientôt … ma pincée d’…eau !!!

    • Nicolas Nicolas dit :

      Le Lauragais et la partie occidentale du Canal du Midi sont tout aussi intéressants. Simplement, comme la partie orientale est plus proche de la mer, les touristes sont plus portés sur le climat méditerranéen. Il faut dire que la chaleur de ce dernier est plus sec que le climat océanique aquitain dégradé du Lauragais, avec des chaleurs estivales plus humides. Quand j’ai terminé mon trajet à vélo en 2012, j’ai pris le train à Béziers le lundi 20, par beau temps, pour retourner à Toulouse et y récupérer ma voiture. Quand je suis arrivé sur la Ville Rose, la température était intenable.

    • Tiens mon cher André, tu deviens poète ! c’est excellent ça ! Ne crois pas que mes absences ici puissent constituer un abandon du Canal du Midi et de toutes les choses qui vont autour… Même si je me fais discret, je suis toujours là ! et il y a déjà un bout de temps que j’ai lu ton message…
      Sache une chose mon cher André. Même si tu ne connais pas tout le Canal du Midi scientifiquement comme moi et amoureusement comme Nicolas, tu es un vrai gars authentique du Canal… comme mon pote Robert Mornet qui a construit sa barque de poste. D’ailleurs, il me semble que vous devriez vous connaitre, toi et Robert, car vous êtes vraiment les vrais qui disposez de l’âme du Canal du Midi… Qu’on se le dise au fond des chaumières… en tout cas, c’est ce que je pense.
      Bises à toi l’ami !

  6. soheylian dit :

    Merci de nous faire découvrir tous ces beaux édifices dans tes articles.
    Amitiés.
    Jeremy.

    • Nicolas Nicolas dit :

      L’épanchoir du Gailhousty est un sujet que tu pourrais aquareller. J’ai cru comprendre que tu organiserais quelques journées aquarelles à Narbonne prochainement avec une option de sortie de la ville. Ce site se trouve à environs 10 km au Nord-Ouest de la ville.

      • J’approuve… et même j’approuve un max ! Le seul problème, c’est que bien que je connaisse parfaitement l’endroit, je n’ai jamais réalisé la moindre photo, et encore moins la moindre aquarelle… ça, c’est grave ! Je promets à tous que je vais corriger et que bientôt il y aura une page sur le site au sujet de cet épanchoir…
        Bises à tous !

  7. La Randonneuse dit :

    Je suis retournée marcher dans le secteur quelques jours après votre nouveau passage et je me replonge dans les agréables journées que j’ai passées à la vue de vos nouvelles photos ajoutées sur cet article. Je suppose que vos interventions sur vos images avant de les mettre en page dois demander beaucoup de travail.

  8. Julien dit :

    Moi qui suis fan de vélo, je suis époustouflé par vos articles que je découvre et qui me font envie d’engager, à mon tour, cette passionnante randonnée.

  9. Marie-Chantal dit :

    Tout à fait charmant vos récits, cher monsieur. Merci, par vos écrits illustrés par vos magnifiques photos, de nous en apprendre un peu plus sur ce sentier d’eau.

  10. Sapho dit :

    Un chef-d’oeuvre, que cet épanchoir du Gailhousty !!!

  11. Bonjour,
    Ci-après mon reportage-photos du 29 septembre sur les bords du canal du Midi à Castelnaudary :
    http://www.pertuisien.fr/flash.php?flash=64219;
    Très cordialement,
    Gilbert SOULET (11-1939)

    • Nicolas Nicolas dit :

      Bonjour monsieur Soulet.

      Merci de lire mes publications.

      J’ai été voir votre intéressant article sur votre passage sur Castelnaudary et bravo pour être monté dans le mirador de l’écluse de St Roch. J’y avais moi même pensé mais, ayant une étape à boucler et ne voulant laisser ma bicyclette au tout venant, je n’ai pas persisté, d’autant plus que je pensais qu’il ne fallait pas déranger l’éclusier.

      Ceci dit, comme j’ai l’occasion de retourner sur le Canal régulièrement, j’envisagerai de faire une visite sur Castelnaudary de manière plus approfondie.

      L’atelier de fer forgé semble aussi mériter le détour.

    • Merci de votre participation.
      Ce qui me désole à Castelnaudary, et particulièrement à l’écluse Saint-Roch, c’est que le moulin qui existait a été complètement détruit un soir de tempête, il y a déjà pas mal de temps… Je dois encore disposer de quelques photos du site qui datent de l’époque argentique, quelque part, dans une boite à chaussures… si je les retrouve, je les publierai… Ce que je dis se situe dans le cadre : Le canal fout le camp !
      Le Canal de dérivation existe toujours, en même temps qu’une ruine déplorable du moulin…
      A ce jour et à ma connaissance, le site de Saint-Roch est juste stabilisé par les VNF en attendant mieux….
      Si vous le désirez, vous pouvez écrire ici, en tant qu’auteur.
      Cordialement
      Le réalisateur du site…

  12. Andrée dit :

    Intéressant récit que vous nous présentez là !!! C’est bien, de nos jours, ou tout semble éphémère, de voir quelqu’un s’obstiner à faire découvrir un ruban d’eau de 240 km.

  13. Clause dit :

    Bonjour,

    Retraité, j’aurais 68 ans en juillet 2015 et un évènement à fêter avec mon épouse (Camerounaise) et 2 belles sœurs et mari que j’invite (d’Allemagne et de Paris) soit au total 5 personnes (2 hommes-3 femmes).

    Je n’ai jamais piloté un bateau, mais j’ai une carrière de chauffeur de cars et pilote de planeur.
    Je rêve depuis si longtemps découvrir le Canal du midi, et si je séduis mon épouse, d’autres endroits par la suite.

    Mon objectif est de nous contraindre au farniente (chacun ayant beaucoup d’activités sans les enfants, occasion d’échanger entre nous autrement qu’au téléphone.

    Sans voiture, je souhaite trouver une base de départ très proche d’un train direct pour Paris, merci de nous indiquer si vous assurez le taxi.

    Je compte sur vous pour :
    • nous conseiller un trajet avec de beaux paysages,
    • un séjour Aller de préférence (ou Aller-retour par défaut) d’une semaine, obligatoirement entre le lundi 11 Aout et le vendredi 21 aout 2015
    • un bateau 5/6 places facile à diriger, conviviale, conduite intérieur et si possible aussi extérieur qui favorise la discussion.
    Merci de me répondre le plus précisément possible, pour que je puisse me décider avant le 15 janvier2015.

    Régis CLAUSE 85 boulevard pasteur 75015 Paris tel 0952644614

    • Nicolas Nicolas dit :

      Bonjour monsieur Clause.

      Je vous remercie de votre témoignage et de l’intérêt que vous semblez porter à mon article.

      Je reviendrai vers vous en message privé pour répondre à vos interrogations.

      En attendant, pour vous raire un aperçu de votre ballade sur le Canal du Midi, je vous invite à lire tous mes articles sur le lien suivant :

      http://www.canaldumidi.com/Publications/Rubrique/randonnee-nicolas/

      J’ai « couvert », pour le moment, le trajet Toulouse-Narbonne.

      Salutations.

      Nicolas.

  14. Patricia dit :

    Ce court canal, tout rectiligne, est bordé d’une essence d’un de mes arbres préférés : le pin parasol.

 

ℓє Бℓσg ∂υ ¢αиαℓ ∂υ мι∂ι

© 2012-2018 JFB Blog du Canal du Midi