Le Canal du Midi à Capestang

Croix de Toulouse
 

Galeries Photos

Les photos présentes dans les pages courantes sont plus nombreuses que dans les galeries.
Parcourez donc le site...

Mais si vous êtes pressés :

Les sources de la Montagne Noire De la Montagne Noire à Naurouze Du Seuil du Lauragais à Toulouse De Naurouze à Carcassonne De Trèbes à Béziers De Béziers à Sète

Carte de Nolin : Diocèse de Narbonne. Narbonne, Capestang, Béziers.

Carte de Nolin : Diocèse d'Agde. L'Hérault, Agde et l'étang de Thau.

◄ La Garonne 188,411 km ... L'étang de Thau 53,794 km ►
◄ Amont ... Aval ►

◄  Argeliers ... Tunnel du Malpas ►

Un émerveillement de péniches

 

 

 

 

Capestang et le Canal du Midi

Outre le Canal du Midi, Capestang n'est pas tellement baigné par des cours d'eau. Au sud de l'agglomération, dans les limites de la commune, on trouve tout de même la rivière "La Quarante" qui se perd dans l'étang de Capestang.

Ce n'est pas pour rien que les habitants de cet endroit étaient émerveillés de voir arriver l'eau du canal, comme l'indique la relation de la première navigation sur le canal de Languedoc, conservée aux archives du canal : Les traites du voyage inaugural étaient petites, afin que les populations puissent profiter du renouveau.

« ...on voulait satisfaire la curiosité des peuples, qui ne pouvaient se lasser d'admirer un spectacle aussi nouveau, et de voir passer une flotte en des lieux où l'on avait peine autrefois à trouver l'eau pour les besoins de la vie. »

La flotte inaugurale, dans laquelle se trouvait l'intendant d'Aguessau, se trouvait à Capestang le 23 Mai 1681.

Il n'y avait donc pas beaucoup d'eau avant le Canal, mais il y avait un étang, l'étang de Capestang, un étang dont la richesse était le sel... comme celui de Marseillette plus en amont.

Malgré l'eau rare, des céréales étaient cultivées autour de l'étang, on y faisait pousser la vigne et on produisait aussi des draps.

Aujourd'hui, Capestang est une belle petite ville agréable, et sans rester sur le Canal du Midi, ses rues et son architecture méritent d'être visitées.

Le port d'attache de la Barque de Poste

Capestang est le lieu où la Barque de Poste est le plus souvent amarrée. Il ne s'agit pas d'un original mais d'une reconstitution qu'a réalisée Robert Mornet à partir de plans de 1818 provenant des archives du Canal. Si vous voulez voir la barque, elle se trouve près du pont de fer. Bien entendu, elle n'est pas toujours là, elle participe souvent aux manifestations culturelles qui sont organisées sur le Canal du Midi comme ailleurs. Mais je vous reparlerai bientôt de cette Barque de poste, en même temps que de celles qui n'existent plus... Vous pouvez accéder au site de la Barque de Poste, mais aussi lire le petit article qui a été écrit dans le blog sous le titre, une soirée dans la barque de poste.

En attendant, voilà la barque de poste amarrée sur le port de Capestang, non loin du pont en fer.

Cartes postales anciennes

Aujourd'hui, rien ne ressemble plus à ce que l'on aperçoit sur ces deux cartes postales. L'urbanisation est arrivée.

Quant aux platanes, victimes du chancre coloré, ils vont peut-être bientôt disparaitre...

Continuons un peu avec l'histoire

Comme un peu partout en Europe, la région a été frappée par la Peste Noire à compter de 1348, qui a cessé, mais a ressurgi, notamment en 1361 appelée la peste dite des enfants. La population a été considérablement amoindrie et avec ce déclin, celui de l'économe. La Guerre de Cent Ans n'a rien arrangé non plus. Il faut croire qu'au moyen âge, il était difficile d'être heureux dans ce pays.

Comme les malheurs n'arrivent jamais seuls, lorsqu'on manque d'eau, parfois, il en arrive trop d'un coup ! Au début du petit âge glaciaire décrit par Leroy Ladurie, l'Aude inonde la région de Capestang de 1306 à 1345. Toutes ces catastrophes aggravent la situation du pays et les richesses salines perdent peu à peu leur vitalité.

On fabriquait encore quelques draps, mais là encore, la crise de la draperie (commencée vers 1300), dans les pays de la Méditerranée occidentale, n'a guère facilité les choses (au passage, notons qu'à ma connaissance, cette crise n'a pas été abondamment étudiée par les médiévistes de l'hexagone).

J'ai été frappé frappé aussi par un ouvrage de Max Derruau intitulé : Un « village-tombeau » dans le Bas-Languedoc : Capestang (1953). J'en cite le résumé : « Village où régnait autrefois une forte surmortalité. Les vides démographiques étaient comblés par une immigration, permanentedu XVIIè au XXè siècle, en provenance de régions situées plus à l'Ouest. Une immigration d'Espagnols et d'Andorrans s'y est ajoutée depuis la fin du XIXè siècle. Depuis une vingtaine d'années, la situation se renverse. On quitte Capestang à destination des villes du vignoble bas-languedocien. »

Bien qu'il semble que les malheurs aient continué longtemps après, et même jusqu'au XXème siècle, il était temps, au XVIIème siècle, que le Canal du Midi arrive pour dynamiser le pays !

 

 

Encore quelques photos

 

 
 

 

 

Haut de Page
Menu

◄ Amont (Ouest)    (Est) Aval ►

Histoire et photos du Canal du Midi, de Toulouse à Sète et de la Montagne Noire au seuil de Naurouze

© 2003-2018 JFB canaldumidi.com

Le Canal du Midi a été inscrit au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 1996

Autres sites du même auteur : Pays Albigeois et Louisa Paulin, poétesse occitane