Jasmin - Le poète Agenais

Croix de Toulouse
armes de la Guyenne
 
armes de la Gascogne

Galeries Photos

Les photos présentes dans les pages courantes sont plus nombreuses que dans les galeries.
Parcourez donc le site...

Mais si vous êtes pressés :

Les sources de la Montagne Noire De la Montagne Noire à Naurouze Du Seuil du Lauragais à Toulouse De Naurouze à Carcassonne De Trèbes à Béziers De Béziers à Sète

Jasmin : Un poète Languedocien qui se dit Gascon

(1798-1864)

Portrait du poète Jasmin

Je pense qu'hélas, vous n'allez pas venir en foule sur cette page, pourtant, vous avez tort, et félicitations à ceux qui osent venir, ceux qui veulent savoir qui était Jasmin !

J'aurais pu dire : Un poète Occitan, mais c'eut été trop facile. L'occitanie n'existe que depuis les années 1970 en raison de la prise de conscience progressive, après quelques années d'acculturation, que le Sud de la France est différent du Nord.

Jacques Jasmin, de son vrai nom Jacques Boé s'est dit Gascon, mais en fait, il parle le Languedocien ! Certes, un Languedocien est capable de comprendre le Gascon, et vice et versa... Parfois, il est totalement inutile et improductif de vouloir différencier les genres, les choses et les roses... Donc, pour cette petite polémique en herbe, on va s'arrêter.

Les œuvres de Jasmin ont été publiées en plusieurs volumes. On en trouve quatre. et cette immense œuvre a pour titre : "Las Papillòtos".

J'éprouve une grande admiration pour Jacques Jasmin, de l'académie d'Agen, maître ès jeux-floraux et grand prix de l'académie Française. Il était donc insispensable que je l'évoque sur ce site. Car le but de ce site ne se limite pas au ruban d'eau qui relie l'Atlantique à la Méditerranée. Il s'agit aussi d'évoquer la vie sociale et économique, mais aussi la vie culturelle tout au long du canal ! Bref, je suis loin d'avoir terminé !

Imaginez un coiffeur qui conte des poèmes de son cru a ses clients... voilà une rapide définition de Jasmin...

... Et ensuite, un poète qui devient plus connu, et qui adresse la parole, par ses poèmes, aux philosophes, musiciens et autres artistes, politiques, et militaires de son temps...

Pour l'instant, j'en resterai à cette définition, mais petit à petit, j'expliciterai mieux.

Il faut entrer rapidement dans le vif du sujet. C'est pourquoi je vous présente un premier poème (premier ici, mais pas premier dans l'œuvre...)

Je vous le livre en langue originale. Je me refuse à proposer la traduction littérale. Je vais me contenter de commenter chaque paragraphe... Si besoin est, je vous informe tous que je parle le languedocien (je ne dis pas l'occitan) et plus précisément dans le parler du Sud du Tarn. Qu'importe, je comprends parfaitement les Agenais et le parler Agenais !

Le voilà, le poème que j'ai choisi : Les Oiseaux Voyageurs, ou les Polonais en France. Jasmin dit : Dédié à mon ami Adrien Pozzy. C'était en 1833.

Lous Aouzèls bouyatjurs

ou lous Polonès en Franço

Dediat a mou amit Adrièn Pozzy

(1833)

Se d'aouzelous brigaillats pel d'aouratge ;

Frays, ché bous-aou, bouta-nous à lassès !

Un paou de blat et dus brens de feillatge

Nous suffiran, se praci nous boulès ;

Fugén del Nord lou tyran en furio ;

Recebè-nous ! Bous faren pas pouchiou ;

Sèn touts d'aouzèls malhurous, sans patrio,

Que l'Aiglo negre a cassat de lur miou !

— Benès, amits, faren qu'uno famillo ;

Mais, diga-nous, qui bous a defenduts ?

— Digun ! Digun ! Pioulâben dins nostro illo,

Lou quite Poul nous a pas entenduts.

Tabé, de l'Aiglo à las griffos tan duros,

Touts, prèsque touts, abèn sentit l'arpiou ;

Mais, lli'abèn fèy de tan fortos blassuros,

Que de soun san a trempat nostre niou !

— Amitz, restas, et dins nostros campagnos,

Repaouza-bous en touto libertat ;

Dins uno crôzo abèn nostros espragnos,

Sès malhurous, boun dibèn la mitat ;

Partatjaren lou glout de la rouzado,

Lou gru d'hibèr et lou frut de l'estiou ;

Et saren fièrs de nostro destinado,

Se bous troubas hurous dins nostre niou !


Atal dizion ; quan, al brut de tymbalos,

Un Aiglo blan, al mitan d'un crun d'or,

Parey, se masto, oubro sas grandos alos,

Et lous y crido : « Aouzèls, nou sèy pas mort !

« Que moun drapèou, biste, se dezentèrre !

« Lou san bién léou coulara coumo un riou ;

« La Libertat lansara soun tounnèrre,

«  Et nous aouzèls tournaran dins lur niou ! »

 

Que penser de ce poème ? Certainement que c 'est un poème qui évoque la vraie solidarité entre les peuples, en 1833 ! Fallait quand même le faire !

Voir aussi Jasmin à Sainte-Beuve

 

Haut de Page
Menu

Histoire et photos du Canal du Midi, de Toulouse à Sète et de la Montagne Noire au seuil de Naurouze

© 2003-2017 JFB canaldumidi.com

Le Canal du Midi a été inscrit au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 1996

Autres sites du même auteur : Pays Albigeois et Louisa Paulin, poétesse occitane