Le Seuil de Naurouze

Croix de Toulouse
 

Galeries Photos

Les photos présentes dans les pages courantes sont plus nombreuses que dans les galeries.
Parcourez donc le site...

Mais si vous êtes pressés :

Les sources de la Montagne Noire De la Montagne Noire à Naurouze Du Seuil du Lauragais à Toulouse De Naurouze à Carcassonne De Trèbes à Béziers De Béziers à Sète

Carte de Nolin : Diocèses de Toulouse et de Montauban. La Garonne de Toulouse à Montech.

Carte de Nolin : Diocèses de Toulouse et de Saint Papoul. Toulouse, Montgiscard, Villefranche-de-Lauragais.

Bief de partage

◄  Écluse de l'Océan ... Le port du Ségala ►

La ligne de partage des eaux

sur le seuil de Naurouze, aussi appelé, le seuil du Lauragais

Je devrais dire : La ligne de partage sur le canal, car déjà, en suivant le cours des rigoles depuis la prise d'eau d'Alzeau, nous avons jonglé avec les versants atlantique et méditerranéen, en passant de l'un à l'autre.

La Rigole de la Plaine, qui est passée sur le versant méditerranée depuis le seuil de Graissens, et que nous venons de suivre quelques instants reviendra une dernière fois sur cette ligne, à Naurouze, juste avant d'alimenter le premier bief.

Si vous le désirez, vous pouvez visualiser une carte de la ligne de partage des eaux qui comporte des explications complémentaires.

Consultez aussi la carte de la ligne de partage des eaux

 

Ce qu'en disait Strabon

Strabon, géographe grec, a dénommé cet endroit comme étant l'isthme Gaulois... Tout un poème... C'est un isthme en vérité, qui sépare l'Océan Atlantique de cette belle mer Méditerranée...

 

L'arrivée de la rigole de la plaine

 

La légende de Naurouze...

Un beau jour, Riquet observe les eaux de la fontaine de la Grave, située sur la ligne de faïte, entre le versant océanique et le versant méditerranéen. Les eaux de cette fontaine se divisent en deux ruisseaux coulant l'un vers la Garonne, l'autre vers l'Aude. C'est ainsi que Riquet aurait eu la première pensée d'établir là le point culminant de son canal.

 

La réalité ?

La plus grande difficulté n'était pas...

...de trouver cette ligne de partage des eaux à l'emplacement idéal pour le futur canal, à Naurouze ! On savait déjà qu'elle était là, et cela depuis longtemps, tout simplement parce qu'il y existe des ruisseaux, et qu'il est assez facile de constater qu'à cet endroit, celui ou se situent les pierres de Naurouze, certains coulent vers l'Est tel le Fresquel, et d'autres vers l'Ouest, notamment l'Hers. Le Fresquel est un affluent de l'Aude qu'il rejoint au niveau de Carcassonne, et l'Hers rencontre la Garonne en aval de Toulouse.

La vraie difficulté était de suivre cette fameuse ligne de partage depuis la prise d'eau initiale, dans la Montagne Noire, après avoir compris quel était le meilleur endroit pour effectuer ce captage initial.

Les érudits qui ont écrit l'histoire générale de Languedoc : DOM CL. DEVIC & DOM J. VAISSETE et ensuite E. ROSCHACH, ne s'y sont pas trompés. Je reproduis exactement le paragraphe consacré à ce sujet, y compris les caractères typographiques et l'orthographe de l'époque :

S'il fallait en croire une anecdote naïve qui a été fréquemment répétée, c'est en voyant les eaux de la fontaine de la Grave, située sur la ligne de faïte, entre le versant océanique et le versant méditerranéen de l'isthme, se diviser en deux ruisseaux coulant l'un vers la Garonne, l'autre vers l'Aude, que Riquet aurait eu la première pensée d'établir le point culminant de son canal. Il est fort difficile d'admettre cette historiette, si l'on se rappelle que, dès 1539, les maîtres niveleurs employés par l'évêque de Sisteron pour le premier projet de communication des deux mers, avaient désigné en propres termes "la prairie qui est autour de la montagne de pierres de Naurouse comme le plus hault lieu que soit sur le chemin dudit canal & où les eaues se despartent prenant leur chemin devers Thoulouse & devers Carcassonne"

La célébrité légendaire des pierres de Naurouse & l'espérience des gens du pays empêchaient cette particularité d'être une révélation pour personne...

Ces lignes ont été écrites par E. ROSHACH vers 1874. Il ajoute, un peu plus loin :

Ce qui fut une conception originale & féconde, ce n'est pas d'avoir trouvé la direction du canal & son plan d'eau supérieur, déjà reconnu depuis le seizième siècle, & d'une démonstration empirique relativement aisée, c'est d'avoir songé à choisir le majestueux massif granitique de la Montagne Noire, dont les plateaux semblent s'abaisser à plaisir au bord de la ligne de navigation, pour l'alimenter de sources intarissables, c'est d'avoir transformé en réservoirs qui ne craignent pas la sécheresse les gorges de ces montagnes & d'y avoir emmagasiné les torrents.

Mais continuons...

...De toute façon, il fallait suivre la ligne de partage des eaux depuis la prise d'eau d'Alzeau, et tout cela n'était pas facile avec les techniques de l'époque. La mise en cause de la légende n'enlève rien au génie de Riquet. Et puis, les hommes ont besoin de légendes, cela les rassure !

La plus grande difficulté était ...

... de passer un autre seuil, plus au nord, pour amener les eaux de la Rigole de la Plaine vers le point le plus élevé qui sépare Toulouse de la Méditerranée. Contrairement au seuil de Naurouze, on ne trouve point de ruisseau à cet endroit ! Il suffit de consulter une carte moderne au 1/25000ème pour s'en convaincre. Dans ces conditions, il n'était pas facile de savoir à quel point se situe la ligne de partage des eaux. Il fallait trouver l'endroit et choisir ensuite le meilleur parcours pour les eaux descendues de la Montagne Noire...

C'est près du village de Graissens que la Rigole de la Plaine franchit le seuil Nord-Sud et passe définitivement du versant atlantique au versant méditerranéen.

 

Vestiges du bassin octogonal

Initialement, un bassin octogonal avait été aménagé à Naurouze. Les projets de Riquet étaient très ambitieux. Il espérait bâtir une ville sur cet emplacement et envisageait déjà un port.

Trop souvent ensablé et devenu inutile, le bassin a été très vite abandonné, et presque entièrement comblé. Une pelouse le remplace. Elle est traversée par un chemin rectiligne bordé de platanes.

 

Déversoir dans le bief de partage

 

Le bief de partage des eaux

 

Les platanes de l'allée centrale

Tant que cette magnifique rangée de platanes existe, il ne faut pas se priver de la photographier car tôt ou tard, le chancre coloré arrivera ici pour tout détruire...

Haut de Page
Menu

 
 

Quelques photos plus anciennes de ce lieu.

À droite, ce qu'il reste du bassin initial.

Au centre, l'Allée centrale de l'octogone.

À gauche, l'arrivée de la Rigole de la Plaine sur le bief le plus élevé du canal : le bief de partage des eaux.

 

 

 

 

 
 

 

...et encore, l'écluse de l'Océan, vers l'Ouest, non loin de là.

 

 

 

avec des tournesols, très proches...
et un figuier qui nous rappelle, si besoin en était, que nous sommes dans le midi.

 

 
 

 

 

Haut de Page
Menu

 

Vers la Montagne-Noire

 

 

◄ Toulouse et Océan       Sète et Méditerranée ►

 

Histoire et photos du Canal du Midi, de Toulouse à Sète et de la Montagne Noire au seuil de Naurouze

© 2003-2017 JFB canaldumidi.com

Le Canal du Midi a été inscrit au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 1996

Autres sites du même auteur : Pays Albigeois et Louisa Paulin, poétesse occitane